Accaparement des terres agricoles : Gendron veut modifier les lois

Le président régional de l'Union des producteurs agricoles, Sylvain Vachon, a présenté l'idée de créer la Société d'aménagement et de développement agricole du Québec devant la chambre de commerce d'Abitibi-Ouest. Le président régional de l'Union des producteurs agricoles, Sylvain Vachon, a présenté l'idée de créer la Société d'aménagement et de développement agricole du Québec devant la chambre de commerce d'Abitibi-Ouest.  Photo :  Claudie Simard


Le ministre de l'Agriculture du Québec, François Gendron, entend modifier les lois ce printemps afin de prévenir l'accaparement des terres agricoles.

Par la suite, il évaluera la proposition de l'Union des producteurs agricoles (UPA) de créer la Société d'aménagement et de développement agricole du Québec : « C'est un outil comme d'autres. Est-ce que c'est le meilleur? J'ai la franchise de dire que je ne le sais pas. »

Selon l'UPA, un tel organisme pourrait intervenir dans certaines transactions pour favoriser les acheteurs du milieu.

Un problème bien réel

L'achat de terres agricoles par des gens d'affaires de l'extérieur de la région inquiète les agriculteurs d'Abitibi-Ouest.

Maxime Bégin et son frère Alexandre, de Sainte-Germaine-Boulé, ont frappé un mur lorsqu'ils ont voulu acheter une terre dans leur secteur. Le vendeur avait accepté leur offre, pour finalement se tourner vers quelqu'un de l'extérieur. « C'était surtout financier; le monsieur ne voulait pas attendre tout le processus, car nous sommes deux jeunes et nous avions droit à des subventions », explique Maxime Bégin.

Abitibi–Témiscamingue en direct Afficher le fil complet

Facebook