Les médecins québécois veulent le droit de vendre des médicaments

Un médecin omnipraticien Un médecin omnipraticien (archives)


La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) envisage de demander au gouvernement le droit de vendre des médicaments.

Elle a récemment ajouté un mandat à son inscription au registre des lobbyistes. Elle désire obtenir le « pouvoir, pour tous les médecins omnipraticiens, de vendre les médicaments qu'ils prescrivent à leurs patients ».

Selon le président de l'Association des médecins omnipraticiens du Nord-Ouest du Québec, Jean-Yves Boutet, cette demande traduit l'opposition de plusieurs médecins à la loi 41. Cette loi permet aux pharmaciens de prescrire certains médicaments. « Il faut être prudent, et la Fédération a voulu faire du chemin là-dessus en disant : "Écoutez, si on modifie la loi médicale, on va modifier la loi des pharmaciens." », soutient-il.

Le pharmacien de Rouyn-Noranda Sébastien Côté voit mal comment la demande de la FMOQ pourrait s'appliquer.

« Selon moi, il y a assez de pharmacies pour répondre à la demande des patients », ajoute-t-il.

Sébastien Côté se demande également si cette mesure servirait vraiment la population, car plusieurs citoyens de la région n'ont tout simplement pas de médecin de famille.