Compressions au cégep : des étudiants angoissés

L'atelier d'arts plastiques du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue sera moins souvent disponible pour les étudiants en raison des compressions budgétaires. L'atelier d'arts plastiques du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue sera moins souvent disponible pour les étudiants en raison des compressions budgétaires.  Photo :  Claudie Simard


Les étudiants en arts plastiques du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue lancent un cri du coeur pour continuer à avoir accès à leur atelier de travail le soir.

En raison des compressions budgétaires qui ont été imposées aux cégeps et aux universités, le Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue a réduit son service d'appariteur. Les étudiants ne savent pas si leur atelier continuera d'être ouvert le soir et cela les angoisse. Plusieurs d'entre eux ont besoin de ce local et des outils de menuiserie qu'il contient pour réaliser leurs travaux et ils ont souvent des cours toute la journée.

« Franchement, on capote, carrément! » — Un étudiant en arts plastiques au Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue

Leur enseignante Marthe Julien trouve difficile de s'ajuster maintenant que la session est entamée. « Si ça avait été su d'avance, ça aurait été préparé autrement », souligne-t-elle.

Le directeur général du Cégep, Daniel Marcotte, affirme que des discussions sont en cours, et que le local pourrait rester ouvert deux soirs. « Il y a des compressions qu'il faut faire et c'est certain qu'il n'y a personne qui aime se faire couper des ressources », dit-il.

D'autres mesures pourraient s'ajouter à la diminution du service d'appariteur : le non-remplacement de professionnels, le travail à quatre jours par semaine volontaire et la réduction des services d'entretien.

Abitibi–Témiscamingue en direct Afficher le fil complet

Facebook