Bilan 2012 : le secteur agricole du Témiscamingue touché par une sécheresse sans précédent

Sécheresse dans l'est Sécheresse dans l'est

En 2012, le secteur agricole du Témiscamingue a fait face à une sécheresse sans précédent.

Les producteurs de bovins et de céréales de la région, notamment, ont été touchés. Des agriculteurs évaluent leurs pertes à plusieurs milliers de dollars.

« Je n'ai jamais eu une année désastreuse comme ça », constate Alain Roy, producteur de bovins et de céréales de Saint-Eugène-de-Guigues. Il a été frappé de plein fouet par les conséquences de la sécheresse.

« Ça a été un gros zéro cette année à mon avis. Moi, j'estime mes pertes à 100 000 $ minimum. » — Alain Roy

Serge Leblond, producteur de bovins à Saint-Bruno-de-Guigues, a aussi été touché par la sécheresse. Pendant l'été, il a nourri ses animaux avec du fourrage devant servir au cours de l'hiver.

« Dans la première coupe, j'ai eu entre 70 et 75% de perte de fourrage, la même chose dans mes pâturages et quand on parle de céréales, il y aussi des pertes associées à cette sécheresse-là. » — Serge Leblond

Selon le président de l'Union des producteurs agricoles du Témiscamingue, Patrick Lafond, les producteurs qui ont manqué de foins ont été obligés d'acheter du fourrage. « Ce sont des liquidités que les producteurs n'ont plus pour faire des investissements auprès de leurs entreprises », soutient-il.

Aide financière

Pour répondre à cette situation, plusieurs mesures directes ont été prises. La Financière agricole a accordé une aide d'un demi-million de dollars aux agriculteurs dans le cadre de l'assurance récolte. Québec et Ottawa ont récemment annoncé une aide de plus de 2 millions de dollars.

La réalisation du plan de développement de la zone agricole de la MRC du Témiscamingue a aussi reçu un appui de 40 000 $ de Québec.

De nombreux acteurs pensent que la région doit encore patienter pour se relever d'une crise agricole qui va au-delà de la sécheresse.