Compressions budgétaires de 23 % pour la Conférence régionale des élus de l'Abitibi-Témiscamingue

Le maire d'Amos, Ulrick Chérubin, demande aux candidats de défendre les dossiers prioritaires de la Ville. Le président de la Conférence des élus de l'Abitibi-Témiscamingue, Ulrick Chérubin  Photo :  Sandra Ataman

Les membres du conseil d'administration de la Conférence régionale des élus de l'Abitibi-Témiscamingue devront faire des choix difficiles. Ils se sont rencontrés jeudi pour parler des compressions budgétaires annoncées au début du mois par le ministre des Finances, Nicolas Marceau.

Le Fonds de développement régional sera amputé de 23 % dès le 1er avril. Il sert d'outil financier essentiel à la CRÉ pour soutenir des projets.

Même s'il connaît l'ampleur des compressions depuis plusieurs jours, le président de la Conférence régionale des élus de l'Abitibi-Témiscamingue, Ulrick Chérubin, est toujours sous le choc.

« Où c'est pernicieux et où ça fait mal, c'est parce que nous avions des ententes signées pour deux ans, pour trois ans. » — Le président de la Conférence régionale des élus de l'Abitibi-Témiscamingue, Ulrick Chérubin

Le député de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Gilles Chapadeau, précise qu'il y a des exceptions.

« Ce qu'on a dit, c'est que les projets en cours et que les ententes spécifiques ne seront pas touchés. » — Le député de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Gilles Chapadeau

Néanmoins, la CRÉ devra revoir ses priorités et faire des choix.

La Conférence régionale des élus de l'Abitibi-Témiscamimgue fonctionne actuellement avec un budget de 3 300 000 dollars.

Abitibi–Témiscamingue en direct Afficher le fil complet

    Facebook