De plus en plus d'intérêt pour l'écoconstruction

Une maison écologique à Rouyn-Noranda Une maison écologique à Rouyn-Noranda (archives)  Photo :  Suzie Éthier


L'écoconstruction intéresse de plus en plus les professionnels du bâtiment. Une vingtaine d'architectes, d'ingénieurs, d'entrepreneurs et de professeurs ont participé à une formation sur le sujet, mardi à Rouyn-Noranda.

Cette même formation est également offerte mercredi à Amos. Elle est une initiative du Groupe éco-citoyen et du Créneau d'excellence - Systèmes de construction en bois.

Plusieurs participants démontrent un vif intérêt pour l'écoconstruction. « Le coût des maisons est très élevé, donc si on peut trouver des méthodes plus efficaces, prendre moins de matériaux, avoir des matériaux moins chers, qui sont meilleurs pour l'environnement, on va le faire », affirme Pierre Saloy, entrepreneur en construction résidentielle et commerciale.

De son côté, l'enseignant en formation professionnelle Stéphane Beaupré, qui travaille au Centre Polymétier de Rouyn-Noranda, tient à ce que ses étudiants aient des connaissances dans le domaine de l'écoconstruction. « Il faut passer à travers toutes ces normes-là et les gens sont vraiment très intéressés », dit-il.

Encore peu d'initiatives

Malgré cet intérêt croissant pour l'écoconstruction, les initiatives demeurent peu nombreuses en Abitibi-Témiscamingue.

« Quand il y a un boom économique, peu importe le type de maison, ce sont plutôt les délais de livraison qui engendrent des craintes », pense le formateur Emmanuel Cosgrove, qui est aussi cofondateur de l'organisme Écohabitation.

La coordonnatrice du Groupe éco-citoyen, Isabelle Jacob, croit qu'il faut rendre l'écoconstruction plus accessible à l'ensemble de la population : « On ne peut pas se contenter de dire qu'on est loin, qu'on tire de la patte, qu'on prend du retard. Soyons proactifs, soyons innovants! »

En complément