La panne électrique se résorbe peu à peu

Marie-Josée Bouchard fait le point sur la situation à Chisasibi et à Wemindji avec Marc Laliberté, porte-parole d'Hydro-Québec.

La panne électrique qui touche des communautés autochtones du nord du Québec se résorbe peu à peu. Plus de 900 clients d'Hydro-Québec sur 1200 dans le village de Chisasibi sont de nouveau alimentés en électricité.

L'alimentation est rétablie à la fois grâce au réseau d'Hydro-Québec et à des génératrices.

À Wemindji, la société d'État a réussi à alimenter un quartier résidentiel.

Son objectif est d'alimenter tous les clients d'ici la fin de la journée. Une trentaine de personnes vulnérables sont hébergées à la centrale La Grande-1.

Problème majeur

Hydro-Québec affirme qu'il s'agit d'un problème - sans précédent - survenu au poste électrique de la centrale La Grande-1, qui alimente normalement les deux villages.

Privés de courant depuis lundi matin, les deux villages cris de la baie James ont déclaré mardi l'état d'urgence.

« Certaines résidences sont équipées de poêle à bois », a commenté le chef du village de Chisasibi, Abraham Rubert, « mais d'autres doivent endurer le froid », ajoutant que le scénario d'une évacuation était pour le moment écarté.

« Nous avons toutefois besoin de matelas, de lits et de propane pour que les gens puissent préparer leurs repas », a précisé M. Rupert.

Les résidents peuvent se réchauffer dans certains bâtiments publics pourvus d'une génératrice.

Chisasibi et Wemindji