Des appuis pour Ibrahim Soumahoro, menacé d'être expulsé du pays

Ibrahim Soumahoro reçoit de nombreux appuis

Une centaine de personnes se sont rassemblées dimanche après-midi dans le quartier Limoilou afin d'accorder leur appui à Ibrahim Soumahoro, un professeur à l'École de cirque de Québec. L'homme d'origine ivoirienne, qui habite dans la capitale depuis cinq ans, est menacé d'expulsion par le ministère de l'Immigration.

Les proches et les amis d'Ibrahim Soumahoro demandent au ministre fédéral Jason Kenney de lui accorder un sursis dans sa demande de résidence permanente pour motif humanitaire, sans quoi il pourrait être expulsé du pays dès le 30 avril.

Analphabète, Ibrahim Soumahoro a transmis sa demande de résidence permanente pour motif humanitaire trop tard au ministère de l'Immigration.

Un résident exemplaire

Caroline Lebel, parent d'un élève qui fréquente l'École de cirque de Québec Caroline Lebel, parent d'un élève qui fréquente l'École de cirque de Québec

Dimanche, ses amis et ses proches de même que plusieurs membres de l'École de cirque de Québec ont tenu à souligner à quel point l'homme originaire de la Côte d'Ivoire est impliqué dans sa communauté.

« C'est un travaillant, c'est quelqu'un qui aime tout le monde, il est généreux de son temps aussi », a témoigné Caroline Lebel, parent d'un élève à l'École de cirque du Québec.

« Tous les enfants sont après, ils sont collés et tous les parents aussi ont le grand sourire, parce que tout le monde aime Ibrahim [...] Il a une facilité, une approche et il est exceptionnel », a renchéri Véronique Vachon, une amie d'Ibrahim Soumahoro.

Hormis le soutien de ses proches et amis, Ibrahim Soumahoro jouit également d'appuis politiques. En effet, le sénateur Jacques Demers ainsi que le député néo-démocrate de la circonscription de Beauport-Limoilou, Raymond Côté, ont été interpellés par son histoire.

De son côté, l'avocat du principal intéressé, Me Denis L'Anglais, espère que la mobilisation de la communauté attirera l'attention du ministre fédéral Jason Kenney. « C'est de faire en sorte que cet appui populaire permette au ministre d'utiliser son pouvoir discrétionnaire, parce qu'il a le pouvoir de le faire », plaide-t-il.

Quant au principal intéressé, il dit que tous les appuis qu'il a reçus jusqu'à maintenant lui font chaud au coeur. « Je suis très content que tout ce monde se soit déplacé. Ça me fait vraiment un grand plaisir », a-t-il réagi.

Une page sur le site de réseautage Facebook a été créée en guise de soutien à Ibrahim Soumahoro. Un autre rassemblement devrait avoir lieu la semaine prochaine.