Un dentiste de Québec radié provisoirement

Le reportage d'Yvan Lamontagne de l'émission La facture

Le dentiste Normand Vincent de Québec est radié provisoirement par le conseil de discipline de l'Ordre des dentistes du Québec. Le dentiste s'est entre autres fait payer 26 500 $ par une patiente pour des soins qu'elle n'a jamais reçus.

En 2010, Réjeanne Bernier de Québec s'est fait convaincre par le dentiste de la rue de Bourgogne, dans le secteur Sainte-Foy, qu'elle avait besoin d'implants, un traitement qu'elle n'aurait pas à payer avant un an. Elle a signé un contrat dont la facture s'élevait à 26 500 $. Toutefois, avec les intérêts de près de 22 000 $, ses frais dépassent les 48 000 $ payables sur 15 ans.

Le dentiste a voulu que la banque lui verse l'argent avant même que les travaux ne soient entamés. Mme Bernier a signé son contrat de prêt en septembre 2010. Depuis, elle paie des mensualités de 268.62 $, malgré le fait qu'elle n'a toujours pas reçu ses implants.

« Je suis une personne qui ne peut pas croire qu'il y a du mal, que les gens peuvent être mal intentionnés, alors, j'ai accepté ça », raconte la patiente flouée.

Le 31 janvier dernier, le conseil de discipline de l'Ordre des dentistes a accepté séance tenante la requête du syndic qui demandait une radiation provisoire immédiate du Dr Normand Vincent. Selon le syndic, il a enfreint le code de déontologie en traitant injustement trois patients, dont Réjeanne Bernier.

Le conseil de discipline reproche plusieurs actes à Normand Vincent : « d'avoir établi un plan de traitement, sans avoir une connaissance suffisante des faits [...], d'avoir contrevenu à son devoir d'information auprès de sa patiente [...] et d'avoir réclamé et perçu le montant total des honoraires pour des services non encore rendus », peut-on lire dans l'avis de radiation publié dans le journal L'Appel du 8 février.

Le paiement avant le service est contraire à la pratique. « Vous ne pouvez pas exiger de percevoir de l'argent pour des services qui ne sont pas fournis, c'est incompatible avec l'éthique », explique Dr Paul Morin, syndic de l'Ordre des dentistes du Québec.

La Banque Nationale, qui a remis l'argent au dentiste avant que les services ne soient fournis, se dégage de toute responsabilité.

Abordé par un journaliste de Radio-Canada, Normand Vincent n'a pas voulu répondre à ses questions.

Le conseil de discipline de l'Ordre des dentistes tiendra une audition sur le dossier du Dr Vincent au cours des prochains mois. Une décision définitive sur le type de radiation qui lui sera imposé sera ensuite rendue.

Québec en direct Afficher le fil complet

Facebook