Les vieux poêles à bois remplacés par des appareils moins polluants

Les vieux poêles à bois remplacés par des appareils moins polluants

La Ville de Québec, en collaboration avec le gouvernement provincial, lance la phase 2 du programme « Changez d'air! », qui vise à remplacer les vieux poêles à bois polluants.

Le programme, qui est géré par l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), offre aux propriétaires d'un vieil appareil de chauffage au bois des incitatifs financiers pour son retrait ou son remplacement par un appareil certifié aux normes environnementales les plus récentes.

« Les gens peuvent obtenir jusqu'à 600 $ de crédit, si on veut, sur un poêle qui vaut généralement autour de 1000 $ à 1500 $. Alors, il y a vraiment là une aubaine importante qui nous permet de joindre l'utile à l'agréable », affirme le président de l'AQLPA, André Bélisle.

Quant au ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet, il soutient que ce programme contribue à limiter l'empreinte écologique. « On parle toujours des gaz à effet de serre comme si c'était le seul problème atmosphérique qui existe au Québec. Or, il en existe d'autres dont les effets sur la santé sont plus immédiats, plus marqués et se font davantage sentir dans les hôpitaux », explique-t-il en soulignant que la pollution de l'atmosphère par les particules est un problème d'importance au Québec.

D'ailleurs, les vieux poêles à bois produisent dans l'atmosphère autant de particules fines en neuf heures qu'une voiture qui roule 18 000 kilomètres.

Au total, 140 villes québécoises contribuent au programme « Changez d'air! ».

Québec en direct Afficher le fil complet

Facebook