Carnaval de Québec: faits d'hiver

Le Carnaval de Québec dévoile sa programmation

Le Carnaval de Québec dévoile sa programmation

La direction du Carnaval de Québec a précisé, mercredi matin, les détails de la programmation du 59e Carnaval. L'événement, qui se tiendra du 1er au 17 février, comporte quelques nouveautés.

En plus des traditionnels défilés, des courses de canot à glace et de l'International de sculpture sur neige, le Carnaval propose : « Lumocité. » Il s'agit d'un parcours de 1,4 kilomètre dans les rues de la Vieille capitale, au fil duquel les participants verront s'animer des projections 3D sur quatre immeubles du Vieux-Québec, dont le Palais Montcalm.

Encore cette année, la direction désire attirer un vaste public en présentant une programmation diversifiée. Des soirées dansantes auront lieu, pour une deuxième année consécutive, au Palais de Bonhomme. Dès le premier week-end, les festivaliers seront invités à venir festoyer au son de la musique de Misstress Barbara.

« On s'intéresse vraiment à la clientèle des jeunes adultes. Il y en a pour tous les âges et pour tous les goûts, cette année. C'est vraiment une programmation excitante », souligne le président du Carnaval, Alain Winter.

Pour une deuxième année, le Palais de glace est de retour sur les plaines d'Abraham. Il faudra donc se procurer l'effigie au coût de 15 dollars pour accéder au site.

Même si cela avait fait des mécontents l'an dernier, le président du Carnaval, Alain Winter, défend cette décision. « Pour nous, le Palais est au coeur de cet ensemble festif. Quinze dollars pour pouvoir profiter de l'ensemble des activités du Carnaval, c'est bien peu. C'est aussi une façon de contribuer à la pérennité de cet événement », dit-il.

Construction interrompue

Des toiles ont été installées pour protéger la structure. Des toiles ont été installées pour protéger la structure.

La construction du Palais de Bonhomme sur les plaines d'Abraham a été suspendue temporairement, mercredi, en raison du redoux. Des toiles ont été installées sur la structure pour empêcher qu'elle ne soit endommagée par le soleil.

Le constructeur, Marc Lepire, affirme toutefois que les inconvénients sont minimes pour l'instant. « Quand le soleil touche la glace de -3 degrés à 10 degrés, ça fait comme des aiguilles dans la glace. On appelle ça une glace pourrie et ça ne tient plus », explique-t-il.

Ce léger contretemps ne devrait pas causer de retard puisque la construction du Palais de Bonhomme avait deux jours d'avance sur l'échéancier.