Reprise des négociations dans la LNH : les bars sportifs se croisent les doigts

Lock-out dans la LNH : les bars sportifs se croisent les doigts

Au moment où la Ligue nationale de hockey (LNH) et l'Association des joueurs sont sur le point de se rencontrer pour une séance de négociations afin de tenter de mettre fin au lock-out, les propriétaires de bars sportifs se croisent les doigts.

Pour plusieurs d'entre eux, la saison de hockey représente une véritable manne. L'absence de hockey a donc des répercussions sur le chiffre d'affaires. C'est le cas au bar L'Autre Zone dans le quartier Limoilou, à Québec. 

Catherine Chamberland Catherine Chamberland

« Les matchs du samedi soir, ça nous apportait une clientèle en début de soirée puis même en milieu de semaine, ça faisait des soirées qui sont plus achalandées, parce que le monde aime ça le hockey. Puis à Québec, c'est une ville de hockey », affirme Catherine Chamberland, propriétaire de l'établissement.

Le son de cloche est le même du côté Jean Deschênes, copropriétaire d'un Pub du Parvis dans le quartier Saint-Roch. Depuis le début du conflit, M. Deschênes a dû user d'imagination pour continuer d'attirer la clientèle dans son établissement.

« Nous, on se rabat un peu vers la boxe. On a loué les combats de boxe de Pascal, de Bute. Le UFC de Georges Saint-Pierre a aidé aussi. Ç'a compensé un peu sur le niveau du chiffre d'affaires évidemment, mais on espère toujours avoir le hockey bientôt », dit-il.

Les effets du lock-out dans la LNH semblent également se faire sentir dans les commerces spécialisés dans la vente d'équipement de hockey. C'est le cas à l'Entrepôt du hockey sur le boulevard Pierre-Bertrand à Québec.

Jean Deschênes Jean Deschênes

« C'est sûr que si on regarde du point de vue des ventes sur les joueurs-clés, il y a un petit peu moins d'achalandage, un petit peu moins de demandes », fait savoir Gabriel Beauchemin, directeur des ventes au sein de l'entreprise.

Les amateurs de hockey et les propriétaires de bars à vocation sportive auront certainement les yeux rivés vers New York dans les prochaines heures, où joueurs et propriétaires disent vouloir sauver la saison.

Québec en direct Afficher le fil complet

Facebook