Un étudiant veut fonder une association pour faire contrepoids aux carrés rouges

Le reportage d'Olivier Lemieux

Un étudiant montréalais de niveau collégial, Danick Bonnette, souhaite fonder une association étudiante nationale, cet hiver, pour faire contrepoids aux carrés rouges.

Il affirme que celle-ci pourrait rapidement devenir un joueur marquant dans le dossier de la hausse des droits de scolarité. Selon lui, il est grand temps qu'une voix plus modérée participe au débat, car beaucoup de personnes ne se reconnaissent pas dans le mouvement des carrés rouges.

« Ce n'est pas la gang qui marchait tous les soirs dans les rues de Montréal qui représente l'ensemble du réseau étudiant », dit-il.

La nouvelle association proposerait des solutions plus modérées que le gel des droits de scolarité ou la gratuité. « Il y a un besoin qui est là, et on veut répondre à ce besoin-là. On veut répondre aux étudiants qui ne se sentent pas représentés », explique Danick Bonnette.

L'initiative est suivie de près par Laurent Proulx, qui avait obtenu une injonction au plus fort du conflit étudiant afin d'assister à son cours d'anthropologie. Il estime que les associations nationales défendent des positions trop radicales pour une bonne partie de leurs membres. « Si on se projette dans le futur et que vous me dites qu'il y a une association structurée, crédible, sérieuse, enregistrée légalement et qui offre une alternative, il y a certainement des étudiants qui vont se rallier à ça », affirme-t-il.

Certains étudiants, dont Charles Pineault, déplorent que le mouvement étudiant rejette en bloc toute suggestion de hausse des droits de scolarité. « Jamais je ne vais croire que le système est parfait. Je sais qu'il y a beaucoup de choses à améliorer, mais la gratuité scolaire, je n'y crois pas. »

Pour éviter une nouvelle escalade du conflit, il espère que tout le monde mettra de l'eau dans son vin.

Québec en direct Afficher le fil complet

Facebook