Poussière en provenance du port : les citoyens réclament des actions

Les citoyens réclament des actions

La dispersion de poussière en provenance du port de Québec dans le quartier Limoilou à la fin octobre n'était pas un incident isolé. Les résultats d'analyses demandées par deux citoyens révèlent que des traces de métaux lourds ont été décelées dans l'air encore dernièrement.

Véronique Lalande et un groupe de citoyens de Limoilou ont prélevé des échantillons à quelques reprises en novembre et en décembre à différents endroits du quartier. Les résultats provenant d'un laboratoire privé indiquent que le taux de fer a diminué puisque la poussière n'était pas rouge. La présence de fer demeure toutefois élevée et d'autres métaux lourds ont aussi été détectés.

Les concentrations de nickel, de cuivre et de zinc sont jusqu'à quatre fois plus grandes que lors de la première analyse effectuée en octobre. Véronique Lalande affirme que la situation ne peut plus durer. « On se dit que ça ne se peut pas. C'est comme si pendant des années tout le monde a fait comme si de rien n'était. Comme si ça se pouvait qu'on opère une zone industrielle à ce point intense à côté des zones habitées sans qu'il ne se passe rien », déplore-t-elle.

Le maire Régis Labeaume croit de son côté qu'il faut faire preuve de prudence avant d'interpréter les résultats de ces études. « Quoi que l'on dise, quoi que l'on fasse, ça va venir avec les résultats de l'étude du ministère de l'Environnement qui lui, prend des méthodes scientifiques », dit le maire en ajoutant que la prise des ces échantillons ne permettait pas de conclure que l'atmosphère est viciée.

Moratoire réclamé

Les citoyens sont convaincus que la poussière provient presque excusivement du port de Québec. Près de 30 millions de tonnes de marchandises y sont manutentionnées chaque année et les activités ne cessent d'augmenter. Les citoyens craignent pour leur qualité de vie et leur santé à long terme.

Véronique Lalande ne réclame rien de moins qu'un moratoire sur les activités portuaires. « Je pense qu'il est temps pour un moratoire sur le développement de nouvelles activités au port de Québec. Qu'on prenne le temps, avec tous les acteurs en santé et en environnement, pour voir quels sont les impacts des activités au port. Après ça, il faudra voir quels sont les moyens à prendre », explique-t-elle.

Cette poussière rouge contient des métaux lourds Poussière rouge retrouvée dans Limoilou.

Après l'épisode de poussière rouge dans Limoilou, la compagnie Arrimage Québec avait annoncé des mesures d'atténuation des inconvénients. L'entreprise a mandaté la firme Genivar pour faire une révision complète de ses opérations.

Le port de Québec doit aussi installer ce printemps des capteurs de poussière pour faire ses propres analyses de la qualité de l'air. Une série de rencontres avec la direction de la santé publique sont aussi planifiées.

Arrimage Québec doit réagir mercredi à ces nouvelles informations.

Québec en direct Afficher le fil complet

Facebook