Les autobus roulent à plein régime à Lévis

Les autobus de la Société de transport de Lévis sont plein depuis la rentrée automnale. Les autobus de la Société de transport de Lévis sont plein depuis la rentrée automnale.

Les autobus de la Rive-Sud débordent depuis la rentrée d'automne. La Société de transport de Lévis (STLévis) enregistre une augmentation de 25 % de la vente des laissez-passer en août.

En comparaison, le Réseau de transport de la capitale (RTC) a connu une hausse de 4,9 % seulement en juillet, par rapport à 2011. La hausse de l'achalandage à bord des autobus est telle à Lévis, que des véhicules supplémentaires ont été mis en circulation pour assurer le service en septembre.

Le directeur général de la STLévis, Jean-François Carrier, admet faire face à un beau problème. Il se réjouit de voir de plus en plus d'usagers à bord des autobus, mais la qualité du service s'en ressent. De longues files d'attente se forment aux arrêts d'autobus les plus achalandés à Lévis.

Des usagers rencontrés par Radio-Canada, mercredi matin, affirment que les retards sont fréquents depuis quelques semaines. Le confort à bord des véhicules bondés n'est pas toujours au rendez-vous non plus. Les places assises se font plus rares. Daniel Gingras est chauffeur depuis 25 ans pour la STLévis, il n'a jamais vécu une situation semblable. « Je n'ai jamais vu ça! On voit que la clientèle augmente. Surtout depuis 15 jours, c'est épouvantable. Depuis la rentrée à l'Université Laval, ça a multiplié », affirme-t-il.

La STLévis est consciente qu'il faut trouver des solutions. La direction a d'ailleurs rencontré des gens du ministère des Transports du Québec (MTQ) pour connaître l'impact des travaux routiers sur le transport en commun, notamment sur l'autoroute 20.

Avant d'accroître les effectifs, la STLévis veut aussi connaître les raisons qui expliquent cette hausse de la fréquentation des autobus cet automne, et si elle illustre une tendance à long terme.

Les travaux routiers, la hausse du prix de l'essence et les coûts de stationnement au centre-ville de Québec sont parmi les facteurs évoqués pour expliquer cet engouement pour le transport en commun sur la Rive-Sud.