Université Laval : un deuxième étudiant obtient gain de cause devant le tribunal

Les précisions de Guylaine Bussière

Après Laurent Proulx, un deuxième étudiant de l'Université Laval, Jean-François Morasse, obtient une injonction provisoire pour pouvoir assister à ses cours, malgré la grève.

Le juge Jean Hamelin de la Cour supérieure du Québec a rendu cette décision jeudi après-midi, après avoir mis la cause en délibéré en matinée. En vertu de cette injonction, l'étudiant de 25 ans pourra assister à ses cours jusqu'au 23 avril.

Jean-François Morasse complète un certificat en arts plastiques en vue de s'inscrire au baccalauréat en design graphique l'automne prochain. Il estime qu'il aura de la difficulté à compléter les six cours auxquels il est inscrit s'il reprend ses études de façon condensée, car il souffre d'un déficit de l'attention.

Dans son jugement, le juge écrit qu'il ne fait pas de doute que Jean-François Morasse est exposé à un préjudice sérieux et que si le tribunal devait examiner la balance des inconvénients, elle jouerait en faveur de M. Morasse.

Le juge Lemelin ordonne donc d'assurer à l'étudiant de 25 ans le libre accès aux locaux où sont dispensés ses cours.

Jean-François Morasse s'est réjoui de la décision de la Cour supérieure du Québec. « C'est sûr qu'avoir la réponse aussi rapidement, ça me rassure beaucoup. Ça veut dire que je vais enfin pouvoir me replonger dans mes études et tenter de récupérer ce qui a été un peu mis de côté. »

Il s'agit du second étudiant de l'Université Laval qui obtient une injonction du tribunal pour pouvoir assister à ses cours. Laurent Proulx, 24 ans, a obtenu le même type d'injonction au début avril pour assister à son cours d'anthropologie.

Son injonction a d'ailleurs été reconduite jeudi matin pour 10 jours. Les parties se retrouveront devant les tribunaux le 23 avril prochain.

Martin Bonneau de la CADEUL Martin Bonneau de la CADEUL

La CADEUL réagit

De son côté, la Confédération des associations d'étudiants et d'étudiantes de l'Université Laval (CADEUL) déplore que la Cour supérieure du Québec ait accordé des injonctions à Laurent Proulx et Jean-François Morasse.

Le président de la CADEUL, Martin Bonneau, ne croit pas pour autant que cela nuira à la mobilisation étudiante. Son association compte bien contester l'injonction provisoire accordée à Jean-François Morasse lorsqu'elle viendra à terme.

« Dans 10 jours, on va contester, on va faire valoir nos points, parce qu'il y a beaucoup de choses dans le document qui a été déposé par M. Morasse avec lesquels on n'est pas d'accord. »

Québec en direct Afficher le fil complet

    Facebook