Assermentation de Kathleen Wynne et des ministres

La première ministre désignée de l'Ontario, Kathleen Wynne La première ministre désignée de l'Ontario, Kathleen Wynne  Photo :  PC/Frank Gunn

Kathleen Wynne deviendra officiellement lundi la première femme à diriger l'Ontario. L'assermentation de la 25e première ministre de la province et de son conseil des ministres aura lieu dans l'après-midi à Queen's Park

Kathleen Wynne devrait s'entourer de gens de confiance, comme sa coprésidente de campagne Deb Matthews, et des députés qui se sont ralliés à elle pendant la course à la direction du Parti libéral de l'Ontario, comme Glen Murray, Eric Hoskins et Charles Sousa.

« Je dois améliorer l'éducation et la santé, mais nous devons avoir un budget balancé et c'est mon objectif », a-t-elle dit.

Lors du dernier remaniement de Dalton McGuinty, aucun nouveau ministre n'était entré au cabinet. Kathleen Wynne voudra donc miser sur du sang neuf, comme Yasir Naqvi d'Ottawa ou David Orazietti de Sault-Ste-Marie.

Peu importe la composition du cabinet, l'opposition dit que ce sera du pareil au même. « Tous les libéraux ont voté en faveur du budget qui a mis l'Ontario dans le pétrin », a affirmé le chef du Parti progressiste-conservateur, Tim Hudak. Il aimerait d'ailleurs un conseil des ministres réduits de 25 à 16 personnes.

La chef du Nouveau Parti démocratique, Andrea Horwath, soutient, de sons côté, qu'il est « difficile de dire si l'arrogance du gouvernement émane des individus ou si c'est une attitude ancrée au sein de l'ADN du parti libéral ».

La cérémonie d'assermentation doit commencer à 15 h.

Plusieurs organismes du nord de l'Ontario la suivront avec intérêt.Ils seront particulièrement attentifs au nom du prochain ministre du Développement du Nord et des Mines.

La porte-parole du groupe de défense de l'environnement Wildland Leagues, Anna Baggio, espère qu'il ne sera pas à la solde de l'industrie minière. « Avec le début de l'exploitation de nouveaux gisements, comme au Cercle de Feu, le ministre devra être responsable dans ses décisions », dit-elle.

L'Association des prospecteurs de l'Ontario aimerait que le nouveau ministre facilite les relations entre l'industrie et les Premières nations.

Selon le politologue de Glendon, Alexandre Brassard, les défis d'ordre économique sont aussi importants que ceux des mines. « Les grands enjeux du Nord, c'est l'emploi, c'est le développement économique, les infrastructures aussi. Ce sont des enjeux qui sont partagés par les autres régions ».

Quoi qu'il en soit, tous s'entendent pour dire que peu importe si le nouveau ministre est du Nord ou pas, il devra être à la hauteur des attentes.

D'après les reportages de Christian Noël et d'Olivier Charbonneau.

Ontario en direct Afficher le fil complet

    Facebook