Le sort de Darwin de nouveau devant les tribunaux

singe-darwin-ikea Le petit singe nommé Darwin  Photo :  PC/Bronwyn Page

La Cour supérieure de l'Ontario a tenu une audience, jeudi, sur la garde temporaire du singe dont les images ont fait le tour du monde en décembre dernier, après qu'il se soit baladé dans le terrain de stationnement d'un magasin Ikea à Toronto.

Le singe nommé Darwin s'était enfui du véhicule de sa propriétaire qui faisait alors ses emplettes. Il est hébergé présentement dans un sanctuaire au nord de Toronto.

Le tribunal d'Oshawa a entendu, jeudi, la requête de sa propriétaire à l'époque, Yasmin Nakhuda, qui souhaite récupérer le singe en attendant que la cour tranche définitivement sur son sort. Avant le congé de Noël, un juge avait décidé de laisser Darwin au sanctuaire Story Book Farm de Sunderland pour l'instant.

Maltraité?

Le sanctuaire Story Book Farm allègue que Yasmin Nakhuda a étranglé le macaque japonais dans le passé, en plus d'avoir frappé le primate avec une cuillère en bois. La propriétaire nie ces accusations de mauvais traitements.

Elle a écrit dans un courriel qu'elle n'était « pas capable » de s'occuper de Darwin, disant qu'il était une « bombe à retardement » parce qu'elle ne pouvait pas l'empêcher de mordre.

Une bombe à retardement

Les courriels de Yasmin Nakhuda adressés à une dresseuse de singes américaine ont été lus lors de l'audience à la cour jeudi. Les courriels décrivent les difficultés rencontrées par l'ancienne propriétaire du singe pour le contrôler. Son mari avait subi « les morsures les plus vicieuses », mais Darwin avait aussi mordu son fils de 12 ans, avait-elle écrit.

La dresseuse de singe, Lisa Whiteaker, avait répondu à Yasmin Nakhuda en lui disant qu'elle avait beaucoup de choses à apprendre sur les primates et qu'elle avait besoin d'aide.

« Il attaquera quelqu'un à votre bureau », avait prédit Lisa Whiteaker. Yasmin Nakhuda, une avocate spécialisée en immobilier, apportait Darwin à son bureau tous les jours depuis qu'elle l'avait adopté en juillet, a appris la cour.

L'avocat de Yasmin Nakhuda, Ted Charney a fait remarqué que Lisa Whiteaker a été condamnée aux États-Unis en vertu de la législation sur le bien-être des animaux pour avoir contribué à la mort d'un singe.

Yasmin Nakhuda a été surprise de la réponse négative de Whiteaker selon son avocat. « J'en conclu, en me basant sur les nombreuses erreurs que vous dites que j'ai déjà faites... que je suis réellement incapable de m'occuper de Darwin », avait écrit Yasmin Nakhuda. « Vous avez raison de dire que je suis assise sur une bombe à retardement... Je ne pense pas que Darwin puisse changer... Tout ce que je peux faire maintenant c'est emmener Darwin dans un refuge et je n'en connais aucun ici », avait-elle ajouté.

L'avocat a suggéré en cour que ce n'est pas vraiment ce que sa cliente voulait dire. Selon lui, elle était découragée après avoir reçu les critiques de Lisa Whiteaker.

Des allégations réfutées

L'ex-propriétaire du singe Darwin, Yasmin Nakhuda L'ex-propriétaire du singe Darwin, Yasmin Nakhuda  Photo :  PC/Chris Young

La mère de famille qui s'est surnommée « maman singe » a publicisé sa cause sur Internet, publiant notamment des vidéos du singe dans un bain, au bureau et en train de boire dans un biberon.

Elle soutient en cour que les employés de la métropole ont saisi illégalement le bébé singe le 9 décembre dernier, après la commotion causée par son escapade au Ikea. Mme Nakhuda affirme qu'elle était alors en détresse psychologique et qu'un agent municipal lui a fait croire qu'elle avait perdu la garde de l'animal après sa capture et qu'elle ferait face à des accusations criminelles si elle tentait de contester la situation.

Elle a dû payer une amende étant donné qu'il est interdit à Toronto de posséder un singe comme animal de compagnie. Selon le service de contrôle animalier de la Ville, les primates de l'espèce de Darwin peuvent être porteurs du virus de l'herpès B, un virus qui peut être transmis aux humains.

Le juge doit décider vendredi de l'endroit où Darwin résidera temporairement pendant le procès sur sa garde permanente.

Ontario en direct Afficher le fil complet

Facebook