Ontario : entente de principe avec les fonctionnaires

dollars-canadiens-billet  Photo :  ph, src

Le gouvernement ontarien s'est entendu avec le syndicat de la fonction publique sur un gel de salaire de deux ans.

Il s'agit d'une bonne nouvelle pour les libéraux qui sont à couteaux tirés avec les enseignants des écoles publiques anglaises à qui ils ont imposé un contrat de travail la semaine dernière, grâce à la loi spéciale 115.

Dans un communiqué, la province décrit le gel salarial accepté par le syndicat de ses 35 000 fonctionnaires comme le « coeur » de l'accord de principe. Les autres termes de l'entente de deux ans n'ont pas été dévoilés. La convention collective des fonctionnaires était échue depuis le 31 décembre dernier.

« Cet accord négocié a pu être conclu, grâce à la coopération dont les deux parties ont fait preuve à la table des négociations. » — communiqué du gouvernement ontarien

Les fonctionnaires devront maintenant ratifier l'accord de principe.

Sous la menace d'une loi spéciale

Le gouvernement ontarien avait menacé l'an dernier d'adopter une loi spéciale pour imposer un gel salarial aux fonctionnaires et aux milliers d'autres employés du secteur parapublic provincial, s'ils ne l'acceptaient pas volontairement.

Contrairement à la loi spéciale visant les enseignants, toutefois, la province n'aurait pas suspendu le droit de grève des fonctionnaires. En revanche, le gouvernement se réservait le droit de leur imposer une convention collective, s'il n'était pas satisfait des termes négociés.

Les cadres de la fonction publique avaient déjà accepté un gel de salaire.

De leur côté, des syndicats d'enseignants ont déposé un recours judiciaire contre la loi spéciale 115.

Les libéraux disent qu'ils doivent limiter leurs dépenses, pour éliminer le déficit provincial de plus de 14 milliards de dollars.