Actions de GM : Ottawa ne vendra pas

Logo de General Motors

Le ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, confirme qu'Ottawa ne se départira pas pour l'instant de ses actions de General Motors (GM), alors que le gouvernement ontarien songe à le faire.

Selon M. Flaherty, ce serait l'équivalent d'une « vente à tout prix ». Mais le ministre, qui a croisé le fer à plusieurs reprises avec le gouvernement libéral de l'Ontario dans le passé, a ajouté que la province pouvait aller de l'avant si elle le voulait.

Le ministre fédéral réagissait aux propos de son homologue ontarien Dwight Duncan, qui a affirmé dans une entrevue au Globe and Mail qu'il aimerait vendre ces actions « dès que possible ».

L'Ontario fait face à un déficit de 14,4 milliards de dollars, le plus élevé de toutes les provinces. Le gouvernement libéral a promis de sortir du rouge d'ici 2017-2018 et cherche par différents moyens à y parvenir, incluant un gel de salaire dans la fonction publique.

« Je ne pense pas qu'un gouvernement devrait acheter et conserver des actions de compagnies privées. » — Dwight Duncan, ministre des Finances (Globe and Mail)

Un porte-parole du ministre Duncan affirme, toutefois, que son gouvernement agira « lorsque les circonstances seront propices pour que les Ontariens reçoivent le meilleur retour possible sur leur investissement ».

Il y a trois ans, les gouvernements ontarien et fédéral ont injecté 13,7 milliards de dollars pour sauver GM et Chrysler de la faillite. En retour des 10,8 milliards investis dans GM, les deux paliers de gouvernement ont reçu plus de 150 000 000 d'actions, dont le tiers est allé à l'Ontario.

La valeur actuelle de ces actions, toutefois, équivaut à environ la moitié de l'aide financière consentie en 2009.

GM en Ontario :

  • 8194 syndiqués
  • usines à Oshawa, Woodstock, Ste-Catharines et Ingersoll

Vente à rabais?

L'action de GM a clôturé en hausse à 26,09 $US jeudi à la Bourse de New York.

Nombre d'analystes recommandent d'acheter le titre de la compagnie, et non pas de le vendre, prédisant une hausse de plus de 20 % de sa valeur d'ici un an.

Ottawa et l'Ontario évaluaient la valeur de leurs actions de GM à 15 $ et à 13 $ respectivement, lors de leur achat en 2009. Toutefois, selon le Globe and Mail, il faudrait que le prix de l'action grimpe jusqu'à 53 $ pour que les deux gouvernements récupèrent l'ensemble de la valeur de l'aide financière accordée au constructeur initialement.