Deuxième pont : le Michigan laisse la voie ouverte

Dessin du nouveau pont qui relierait l'ouest de Windsor à Détroit Dessin du nouveau pont qui relierait l'ouest de Windsor à Détroit  Photo :  Windsor-Essex Parkway

Le premier ministre du Canada, Stephen Harper, se réjouit du vote des électeurs du Michigan, qui ont rejeté mardi l'idée de tenir un référendum relativement à tout projet de nouveau lien transfrontalier.

M. Harper a souligné l'importance du projet « pour les économies de nos deux pays ».

Les résidents du Michigan devaient voter sur la question sur leur bulletin de vote pour les élections présidentielles. Plus de 60 % d'entre eux ont rejeté la proposition 6, qui aurait enchâssé dans la constitution de l'État l'obligation de tenir un référendum sur tout projet de nouveau pont.

Un résultat négatif aurait eu pour effet de mettre de nouveaux bâtons dans les roues du projet.

Le Canada s'était déjà engagé à avancer 550 millions de dollars en prêts à l'État pour la construction du nouveau pont entre Windsor et Détroit, un projet évalué à 1 milliard. Le nouveau lien permettrait de désengorger le pont Ambassador, actuellement le lien transfrontalier le plus achalandé au pays.

Le ministre ontarien des Finances et député de la région de Windsor, Dwight Duncan, s'est lui aussi réjoui des résultats du vote mardi soir, après de multiples poursuites et délais.

Pour sa part, le ministre fédéral des Transports, Denis Lebel, affirme que le nouveau pont va « stimuler les investissements » et créer des emplois en Ontario et au Michigan. Il n'a pas voulu fixer d'échéancier pour les travaux, expliquant que le Canada attendait le feu vert du président américain.

Plus de 25 % des échanges commerciaux entre le Canada et les États-Unis transitent par le pont Ambassador. Près de 30 000 camions le traversent chaque jour.

Opposition

Le propriétaire du pont Ambassador, le milliardaire Matty Moroun, s'oppose bec et ongles au projet de nouveau lien public, qui lui ferait concurrence. Il a dépensé plus de 30 millions de dollars en publicité en faveur de la proposition 6.

Selon le député du NPD à Windsor, Brian Masse, le fait que M. Moroun a autant d'argent à dépenser montre que le péage est trop élevé sur le pont Ambassador. M. Masse croit que le Canada devrait réduire les droits à payer sur le nouveau pont.

Ottawa doit imposer le péage du côté canadien de la frontière pour financer son investissement.

Pour sa part, la Chambre de commerce régionale de Windsor-Essex « a hâte » que le nouveau lien transfrontalier soit construit. Même son de cloche du côté du PDG de la Chambre de commerce de Détroit, qui affirme que M. Moroun doit « honorer sa promesse » de laisser les gens décider.

En complément

Ontario en direct Afficher le fil complet

    Facebook