L'UPAC frappe à Châteauguay : 4 hommes d'affaires arrêtés

Une perquisition de l'UPAC sur la rue de Liège à Châteauguay Une perquisition de l'UPAC sur la rue de Liège à Châteauguay  Photo :  Karine Bastien

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) a arrêté quatre personnes et procédé à plusieurs perquisitions dans des résidences privées à Châteauguay, en Montérégie. Quatre hommes auraient tenté de corrompre la mairesse de la ville, Nathalie Simon, en septembre dernier.

Mme Simon aurait toutefois refusé la proposition, contactant plutôt l'UPAC pour dénoncer la situation. « Sa collaboration a permis de faire avorter un stratagème de corruption qui visait non seulement son administration municipale, mais son intégrité aussi », a déclaré le commissaire de l'UPAC, Robert Lafrenière. Ce dernier a invité tous les élus québécois à faire de même.

Les quatre personnes arrêtées sont accusées de fraude envers le gouvernement, complot, abus de confiance et actes de corruption dans les affaires municipales. Ils reviendront en cour en février prochain.

Les accusés, des entrepreneurs et des agents immobiliers de la place, auraient offert des dizaines de milliers de dollars à la mairessse pour que l'un d'eux soit nommé à un poste important à la municipalité. Ils ont aussi tenté de faire dézoner des terrains pour du développement immobilier. 

L'UPAC a saisi 31 000 $ et un véhicule de luxe.

Le commissaire Lafrenière a souligné que la corruption demeurait d'actualité malgré les révélations de la commission Charbonneau et les resserrements législatifs en cette matière. « Il est clair qu'il y a des gens qui n'ont pas compris, quand on voit un dossier comme ça, contemporain comme ça. On ne parle pas d'une enquête sur des allégations qui remontent à 2008 ou 2007, on parle de quelque chose de 2013, d'il y a trois mois. »

L'enquête n'est pas terminée, a dit le capitaine André Boulanger.