Mairie de Montréal : Coderre invité à se déclarer

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Le reportage de François Cormier

Les pressions s'accentuent sur Denis Coderre pour qu'il annonce sa candidature à la mairie de Montréal. Ses opposants politiques espèrent qu'il se lancera rapidement pour qu'enfin, le député de Bourassa ait raison de se prononcer sur des enjeux montréalais.

Mardi, en abordant le sujet de l'augmentation des tarifs à l'importation durant la période des questions, M. Coderre a déclaré : « On peut acheter une cafetière, on peut acheter une bicyclette, des chaussures pour enfant. Cela veut dire que les Montréalais vont payer davantage. Ce n'est pas compliqué. Les Montréalais vont payer davantage ».

Il n'en fallait pas plus pour que les conservateurs accentuent la pression. « Je pense que ses priorités devraient être à Ottawa. Et si elles ne sont pas à Ottawa, il devrait annoncer ses couleurs le plus rapidement possible », a déclaré le ministre d'État au Tourisme et à la Petite Entreprise, Maxime Bernier.

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, a été moins incisif, même s'il a dit qu'il ne ferait « rien pour décourager Denis Coderre de laisser sa circonscription libre » pour que le NPD la prenne lors d'une élection partielle. La candidate néo-démocrate Julie Demers avait terminé à environ 3300 voix de M. Coderre lors des élections de 2011, une marge beaucoup moindre que celle du bloquiste Daniel Mailhot en 2008 (9700 voix).

Mais, Denis Coderre reste muet. « En temps et lieu, comme j'ai dit, dans un avenir très rapproché, je vais donner ma décision finale », s'est contenté de dire le député libéral.

S'il ne confirme pas de date, il affirme qu'il ne sait pas s'il sera à la prochaine réunion du caucus libéral fédéral, la semaine prochaine.

Publiquement, son chef Justin Trudeau ne le force pas à prendre une décision.

Les rumeurs laissaient entendre que Denis Coderre se présenterait comme candidat indépendant. Mais voilà qu'il réfléchit à la possibilité de créer un parti politique municipal ou du moins, une équipe.

Denis Coderre a théoriquement jusqu'au 4 octobre prochain pour dire s'il sera candidat ou non en vue du scrutin du 3 novembre.

Chose certaine, il est attendu de pied ferme, puisque le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, lance déjà un avertissement contre l'arrivée dans la métropole d'un autre politicien venant de Québec ou d'Ottawa. Il affirme qu'il y a quelques années, il avait dénombré neuf élus municipaux qui répondaient à ce profil. « La ville de Montréal, le conseil municipal, ce n'est pas une maison de préretraite pour politiciens désoeuvrés en fin de carrière. Et, non plus, ce n'est pas un deuxième choix. Pour moi, c'est clair, c'est un choix de vie, c'est un choix professionnel, c'est un choix humain », a déclaré M. Bergeron, mercredi.

Avec les informations de François Cormier

info en continu

Facebook