Évasion par hélicoptère : le deuxième fugitif s'est rendu

Évasion de prison

Quatre personnes ont été arrêtées dimanche par la Sûreté du Québec (SQ) après l'évasion spectaculaire des deux détenus qui se sont enfuis par hélicoptère de la prison de Saint-Jérôme, au nord de Montréal.

Le détenu Danny Provençal, 33 ans, a été localisé en soirée par les policiers, qui l'ont encerclé dans un secteur boisé du rang 5, à Chertsey. Ils s'est rendu de façon pacifique peu après minuit.

L'autre fugitif, Benjamin Hudon-Barbeau, 36ans, connu du milieu policier pour ses liens avec les Hells Angels, avait été appréhendé plus tôt.

On ignore l'identité des deux complices arrêtés. Les quatre hommes devraient comparaître.

Benjamin Hudon-Barbeau

Vers 14 h 15, l'hélicoptère aurait survolé le centre de détention, puis une échelle faite de corde aurait été lancée pour faire monter à bord les deux détenus. Des coups de feu ont été tirés. L'hélicoptère se serait ensuite envolé vers le nord-est de la prison.

Des complices auraient pris en otage et forcé le pilote de hélicoptère à effectuer une approche au-dessus du centre de détention, mais la police refuse de confirmer ces informations pour l'instant. 

« J'ai 33 ans [d'expérience] aux services correctionnels du Québec et à ma connaissance, c'est une première au Québec. » — Yves Galarneau, directeur général adjoint du Centre correctionnel de Saint-Jérôme

Les policiers ont pourchassé l'hélicoptère, qui s'est posé dans un boisé à quelques kilomètres de la prison. L'appareil a été retrouvé dans le secteur de Mont-Tremblant, vers 15 h 30, a indiqué la SQ.

Le pilote de l'hélicoptère a été transporté à l'hôpital. Il souffre d'un choc nerveux. Il sera éventuellement rencontré par les enquêteurs.

Les recherches s'effectuent de façon intensive dans le secteur d'Entrelacs, dans le coin du lac d'Argile, dans les Laurentides.

Des voitures de la police de Saint-Jérôme, le 17 mars 2013 Des voitures de la police de Saint-Jérôme

Une évasion planifiée

« C'était possiblement un très bon moment pour ceux qui ont planifié cette évasion », explique Michel Martin, spécialiste des affaires policières et retraité de la SQ. Plusieurs prisonniers purgent des sentences de fin de semaine, ce qui « amène un flot additionnel de détenus à l'intérieur des murs » et complique la gestion de l'établissement, avance M. Martin. 

« On dirait qu'ils ont un déficit de personnel [...] On a beau vouloir des informations, ils nous en donnent pas, » déplore un détenu de fin de semaine rencontré à sa sortie de la prison.

Yves Galarneau, directeur général adjoint du Centre correctionnel de Saint-Jérôme, assure toutefois que tout le personnel est présent. « Il y a même des gestionnaires en surplus qui ont été demandés en support. »

Le centre de détention de Saint-Jérôme a été le lieu d'un début d'émeute le mois dernier et d'une évasion en septembre.