Lutte anticorruption : Applebaum offre sa collaboration à l’UPAC

Le maire de Montréal, Michael Applebaum

Le maire de Montréal, Michael Applebaum, offre sa collaboration à l'Unité permanente anticorruption (UPAC). En entrevue à Radio-Canada, lundi, le maire a reconnu qu'il ne pouvait pas savoir si l'UPAC, qui collabore avec la commission Charbonneau, enquêtait sur lui.

« Moi, je peux vous dire que... Je ne peux pas vous dire, parce qu'avec eux, ils ne vont jamais vous dire s'ils font une enquête ou s'ils ne font pas d'enquête. » — Michael Applebaum, maire de Montréal

Le maire Applebaum a insisté sur son entière disponibilité. « Quelqu'un de mon entourage a déjà [été en] contact avec eux pour dire que je suis disponible s'ils veulent avoir une rencontre avec moi, je suis ouvert, je suis prêt pour répondre à toutes leurs questions et les aider dans leur travail ».

Vendredi dernier, après avoir rencontré les représentants de la Commission sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction, le maire Applebaum a assuré qu'il ne faisait pas l'objet d'une enquête. « Dans mes discussions avec eux, on a parlé de plusieurs sujets. À ma connaissance, ils n'enquêtent pas sur Michael Applebaum, le maire de Montréal », a-t-il répété lundi. 

Le maire répète qu'il n'a rien à se reprocher et affirme n'avoir effectué comme élu municipal aucune transaction immobilière à son avantage personnel.

Il croit que son expérience d'agent immobilier a au contraire aidé les Montréalais. Il cite notamment les négociations avec Québec sur le développement de l'ancien hippodrome de Blue Bonnets, ou la transformation du secteur voisin de la station de métro Namur en vaste chantier résidentiel.

L'UPAC, de son côté, se refuse à tout commentaire.

D'après le reportage de Benoît Chapdelaine

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook