« Je ne suis pas sous enquête », dit Applebaum

Le compte rendu de Pasquale Harrison-Julien

Le maire de Montréal, Michael Applebaum, a affirmé en point de presse, vendredi, qu'il n'était pas lui-même visé par l'enquête de la commission Charbonneau.

« Est-ce que M. Applebaum est sous enquête? La réponse, je vais vous le dire clairement, c'est non. Je ne suis pas sous enquête. Aussi, je vais continuer de collaborer avec la commission Charbonneau », a déclaré le maire.

« L'article qui est dans Le Devoir n'est pas vrai. » — Le maire Michael Applebaum

Vendredi, le journal Le Devoir a rapporté que M. Applebaum faisait l'objet d'une enquête de la commission Charbonneau, à propos, notamment, des « transactions immobilières douteuses auxquelles il aurait pu être associé dans le cadre de ses fonctions à l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce ».

M. Applebaum a dit en point de presse qu'il ne pouvait pas parler de la rencontre qu'il avait eu avec les enquêteurs de la commission, vendredi, mais il a assuré que la question des transactions immobilières soulevée par Le Devoir n'avait pas fait partie des discussions.

« Ce n'est pas la première fois que quelqu'un écrit quelque chose d'erroné sur moi », a déploré le maire, se plaignant que les allégations fausses à son propos pouvaient indisposer sa famille.

Aucune autre rencontre n'est prévue avec les enquêteurs de la commission Charbonneau, a précisé le maire, ajoutant qu'il serait toujours disponible si ceux-ci souhaitaient le rencontrer à nouveau.

Bergeron a confiance en Applebaum

Plus tôt dans la journée, le chef du parti d'opposition Projet Montréal, Richard Bergeron, a déclaré avoir confiance en M. Applebaum, ainsi qu'en la commission Charbonneau et ses enquêteurs.

En se référant à l'article du Devoir, M. Bergeron s'est réjoui de voir que la nouvelle escouade anticorruption, dont la création a été annoncée vendredi par M. Applebaum, aurait la possibilité d'enquêter sur les transactions immobilières en question.