Frères de Sainte-Croix : les victimes dénoncent la lenteur de l'indemnisation

Délai d'indemnisation

Dans un communiqué rendu public mercredi, l'Association des victimes des religieux du Collège Notre-Dame dénonce les lenteurs de l'application de l'entente à l'amiable.

« Plus d'un an après avoir conclu une entente historique entre les victimes des religieux pédophiles et la Congrégation de Ste-Croix, personne n'a encore été indemnisé », lit-on dans le communiqué.

L'association rapporte que 223 victimes se sont manifestées, alors que les avocats prédisaient qu'entre 150 et 175 victimes se déclareraient.

Les avocats de la congrégation contestent 70 % à 80 % des dossiers des victimes, selon l'Association des victimes, qui s'interroge sur la bonne foi de la Congrégation de Sainte-Croix.

Toujours selon le communiqué, 77 des victimes ont eu recours à une expertise psycholégale.

Par ailleurs, le regroupement des victimes indique que « les frais reliés à la contestation des dossiers sont pris à même le 18 millions de dollars prévu pour les victimes ».

Enfin, les victimes souhaitent que le 3 janvier, le tribunal « rappelle à l'ordre la Congrégation de Ste-Croix de manière à ce que ce dossier se règle une bonne fois pour toutes. »

La Congrégation des frères de Sainte-Croix a accepté de dédommager financièrement d'anciens élèves qui ont été agressés sexuellement par certains de ses membres il y a plus de 30 ans à Montréal.

La semaine passée, la police avait indiqué que le professeur Georges Sarazin (91 ans) et Olivain Leblanc (70 ans) de la Congrégation des frères de Sainte-Croix faisaient l'objet de mandats d'arrestations et qu'ils devraient être arrêtés dans les prochains jours.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook