Moisissures : des cartes de vœux pour demander une nouvelle école

Des parents et élèves de l'école Saint-Gérard, contaminée par des moisissures, réclament une nouvelle école.

À l'instigation de leurs parents, des élèves de l'école Saint-Gérard, dans le quartier Villeray, ont transmis 350 cartes de voeux à la ministre de l'Éducation, Marie Malavoy, pour lui demander une nouvelle école comme cadeau de Noël.

Leur école a été fermée en janvier 2012, en raison de la présence de moisissures. Les élèves ont été déménagés dans une école secondaire située à plus de quatre kilomètres de distance.

Depuis, les travaux de réfection sont au point mort, dénonce le Regroupement de parents de l'école Saint-Gérard (RPSG), qui réclame des investissements pour la reconstruction des écoles fermées en raison de problèmes de moisissures.

Trois écoles du quartier Hochelaga-Maisonneuve vivent la même situation. À l'école Baril, des travaux ont été interrompus, après des dépenses de quatre millions de dollars, en attendant des directives du ministère de l'Éducation.

En mai dernier, la Commission scolaire de Montréal (CSDM) a alloué un budget de 68 millions de dollars sur cinq ans pour améliorer la qualité de l'air dans les écoles. L'inspection des 214 bâtiments de la CSDM était prévue.

Au 11 novembre, 14 millions de dollars avaient été dépensés, dont près de la moitié pour le réaménagement d'écoles transitoires, 3,2 millions pour des mesures d'atténuation (grand ménage, etc.), près de 2 millions pour des dépenses liées à la fermeture d'écoles (y compris location de locaux pour les élèves, tenue de comités, communications et déplacements) et 1,2 million pour des études environnementales. Des investigations et analyses ont été réalisées dans 62 établissements et des inspections de systèmes de ventilation dans 102 établissements. Ces informations proviennent de documents obtenus en vertu de la Loi d'accès à l'information.

Le ministère de l'Éducation a mis sur pied un comité technique pour analyser les cas de moisissures. Ses travaux devraient s'échelonner sur environ 12 mois, puis le ministère publiera un guide sur cette question qui tiendra compte des recommandations du comité. 

Une des cartes transmises à la ministre de l'Éducation, Marie Malavoy Une des cartes transmises à la ministre de l'Éducation, Marie Malavoy
Moisissures et santé

La présence d'une grande quantité de moisissures dans un bâtiment peut entraîner des problèmes de santé, notamment :

-          L'irritation des yeux, du nez, des sinus ou des bronches

-          L'aggravation de problèmes d'allergies respiratoires, d'asthme ou d'infections respiratoires

-          Des problèmes de peau, des maux de gorge, de la fatigue, des problèmes de mémoire ou de concentration. 

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

info en continu

Facebook