Début du procès du maquilleur Rémy Couture

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Faux sang, crime réel?

Le procès pour corruption de moeurs de l'artiste maquilleur Rémy Couture, arrêté en 2009 pour avoir diffusé des vidéos d'horreur sur Internet, s'est amorcé mardi au palais de justice de Montréal.

Ces courts-métrages violents et sexuellement explicites ont été réalisés au moyen d'effets spéciaux, mais ont choqué les autorités par leur réalisme. Un jury composé de 7 femmes et de 5 hommes doit déterminer si ce matériel est obscène et s'il cause un préjudice à la société ou s'il peut être considéré comme une forme d'art.

Mardi, les jurés ont visionné des images des effets spéciaux de M. Couture, généralement qualifiés de gore, qui ont été saisis sur son ordinateur. Elles montraient notamment des scènes de torture et de mutilation de femmes nues.

Pour la Couronne, la mise en circulation de ces images pourrait accentuer le risque de passage à l'acte chez des personnes qui ont une déviance, tandis que pour la défense, quoiqu'on en pense, elles comportent une valeur artistique.

« Il y a des amateurs de films d'horreur qui ne sont pas des malades mentaux. Il y a des gens qui peuvent apprécier le cinéma gore pour des raisons qui leur sont propres. On parle de liberté artistique ici, je pense, que de liberté d'expression, même si les deux concepts sont proches l'un de l'autre. On parle de valeur artistique ou de démarche artistique ou de mérite artistique d'une oeuvre », affirme Véronique Robert, l'avocate Rémy Couture.

À l'ouverture du procès, les jurés ont appris qu' Interpol avait été alerté de ces images en 2006. Elles étaient réalistes au point où un pathologiste ne pouvait conclure hors de tout doute qu'un homicide n'avait pas été commis.

Une enquêteuse du Service de police de la ville de Montréal, qui a mené le dossier au Québec, a cependant indiqué qu'elle n'avait jamais cru que ces images étaient réelles.

Le procureur Michel Pennou soutient toutefois que c'est le caractère sexuel du matériel qui a mené au dépôt d'accusations.

Au total, Rémy Couture fait face à trois accusations de corruption de moeurs.