Laval : le parti de l'ex-maire Vaillancourt se saborde

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Basile Angelopoulos, vice-président du comité exécutif de la Ville de Laval Basile Angelopoulos, vice-président du comité exécutif de la Ville de Laval (archives)  Photo :  Radio-Canada

Dans un court communiqué publié lundi soir, la formation de l'ex-maire Gilles Vaillancourt a annoncé sa dissolution. Les 20 élus du parti PRO des Lavallois siègeront désormais à titre de conseillers indépendants à l'Hôtel de Ville de Laval.

Cette décision été prise « de façon unanime » lors d'une réunion du conseil général de la formation tenue en fin d'après-midi lundi, précise le communiqué.

Le conseil ajoute qu'il a confié à son agent officiel « le mandat d'entreprendre immédiatement les procédures pour que soit retirée l'accréditation du parti PRO des Lavallois [Équipe Vaillancourt] auprès du directeur général des élections du Québec ».

Selon les informations de Radio-Canada, aucun élu ne souhaitait briguer la direction de la formation.

En se sabordant, le PRO pourrait enrichir les Lavallois. Selon une source, 950 000 $ qui se trouvent présentement dans ses coffres devraient être remis à la Ville de Laval une fois la formation dissoute, une procédure normale dans ces circonstances.

Le parti dirigeait le conseil municipal lavallois sans qu'aucun parti d'opposition n'y soit représenté.

Selon le président et fondateur de la formation politique d'opposition Mouvement lavallois, David De Cotis, les conseillers souhaitent ainsi « sauver leur peau » et ont pris une décision « à 100 % politique ». M. De Cotis estime tout de même que cela permettra d'avoir une campagne axée sur les idées plutôt que l'argent.

Angelopoulos prêt à passer son tour

Plus tôt, le conseil municipal s'est réuni afin de déterminer les règles qui permettront de désigner un maire intérimaire en attendant les élections municipales de novembre 2013. La mise en candidature se poursuivra mardi jusqu'à 12 h 30.

Selon ce qu'a appris Radio-Canada, le conseiller Alexandre Duplessis doit présenter sa candidature. Pour sa part, le vice-président du comité exécutif de la Ville, Basile Angelopoulos, ne serait plus intéressé par la mairie.

La semaine dernière, les élus l'avaient désigné pour succéder au maire démissionnaire, Gilles Vaillancourt.

Le conseil municipal a cependant mis le processus de mise en candidature sur la glace quand Québec a annoncé qu'il entendait nommer un vérificateur spécial pour « accompagner » l'administration lavalloise durant la prochaine année.

Offusqués par la décision du gouvernement Marois, les membres du conseil municipal avaient indiqué qu'il ne désigneraient pas de maire intérimaire tant que le ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault, ne lui fournirait pas d'explications.

Deux vérificateurs à Laval, en attendant un nouveau maire

L'annonce de la dissolution du parti PRO des Lavallois survient le jour même où Québec amorce ses travaux de vérification.

Le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire a décidé de nommer non pas un mais deux vérificateurs.

Les comptables Reney Cromp et Richard Villeneuve ont entrepris les premiers contacts avec l'administration municipale plus tôt dans la journée.

Québec avait décidé d'envoyer un vérificateur spécial à Laval après la démission du maire Vaillancourt sur fond d'allégations et après plusieurs perquisitions de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) à son domicile ainsi qu'à l'hôtel de ville.

Gilles Vaillancourt a passé 39 ans au conseil municipal, dont 23 ans à titre de maire. Le politicien de 71 ans a indiqué qu'il se retirait définitivement de la vie politique.