Mairie de Montréal : duel Applebaum-Deschamps

Les explications de Davide Gentile

L'élection d'un nouveau maire par intérim à Montréal opposera deux candidats : Michael Applebaum, l'ancien président du comité exécutif qui a quitté Union Montréal, et Richard Deschamps, vice-président de ce même comité et candidat de l'ancien parti majoritaire.

À 16 h 30, jeudi, la direction du greffe de la Ville de Montréal a annoncé dans un communiqué que MM. Applebaum et Deschamps étaient les seuls prétendants inscrits à la succession de l'ex-maire Gérald Tremblay, qui a démissionné dans la foulée des allégations de corruption.

En après-midi, la chef de Vision Montréal, Louise Harel, a fait savoir que son parti n'avait pas l'intention de présenter un candidat à cette élection.

Mme Harel a indiqué en point de presse que la question avait été largement débattue au sein de son caucus.

Louise Harel Louise Harel

M. Deschamps a déposé officiellement sa candidature jeudi en début d'après-midi. Il a fait savoir que s'il est élu, il demandera à Québec de nommer un vérificateur spécial à Montréal, comme c'est le cas à Laval.

M. Deschamps s'est rendu aux arguments de l'opposition et acceptera de former un comité exécutif de coalition s'il est élu. Il s'est également prononcé en faveur d'une réduction de la hausse de taxes de 3,3 % à 2,2 % après avoir défendu le budget initial présenté par son administration.

Il se défend toutefois de reculer sur ses positions. « Il n'y a pas eu de recul parce qu'il n'y a pas eu de prise de position », a expliqué M. Deschamps à RDI, jeudi matin. Il avait préféré attendre de consulter le caucus de son parti et le comité exécutif avant de se prononcer sur ces deux questions, alors que son vis-à-vis et ancien collègue Michael Applebaum n'a jamais hésité à embrasser ces deux causes.

M. Deschamps rappelle que M. Applebaum était responsable des finances publiques et qu'il a approuvé le budget contenant des hausses de taxes de 3,3 %.

Le candidat du parti de l'ancien maire Gérald Tremblay concède que son adversaire semble avoir le vent dans les voiles, mais il précise que l'important sera le vote qui se tiendra vendredi au conseil municipal de Montréal.

« Je m'attends aussi à ce qu'il y ait beaucoup de développements au cours des 24 prochaines heures. Pas toujours nécessairement positif, mais c'est certain qu'il va se passer beaucoup de choses. » — Richard Deschamps

« Je pense qu'on a des défis importants à Montréal et un des défis importants, c'est celui de la corruption et la collusion », soutient M. Deschamps. Il estime nécessaire la mise sur pied d'une structure permanente pour surveiller l'administration publique afin de contrer le fléau.

La saignée se poursuit à Union Montréal

Après la cascade de démissions de mercredi, Union Montréal a subi un autre coup dur jeudi avec le départ de son leader Marvin Rotrand. Fragilisé, le parti de l'ex-maire Tremblay n'est plus majoritaire au conseil municipal.

Un nouveau maire dès vendredi

Les 64 élus montréalais choisiront vendredi, parmi les candidats qui s'avanceront, la personne qui assurera la fonction de maire jusqu'aux élections municipales de novembre 2013.

Le choix du maire se fera par scrutin secret lors d'une assemblée ouverte aux citoyens. Chaque candidat prendra la parole pendant un maximum de 20 minutes pour faire valoir sa candidature.

Le nouveau maire prêtera serment le même jour. En attendant cette élection, Jane Cowell-Poitras, conseillère de Lachine, occupe le poste de mairesse par intérim.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook