Applebaum gagne des appuis

Tractations autour de la succession de Gérald Tremblay

L'ex-président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Michael Applebaum, gagne de plus en plus d'appuis depuis 48 heures. Au moins dix élus du parti Union Montréal seraient prêts à soutenir sa candidature au poste de maire par intérim.

Ainsi, ses chances de l'emporter lors du scrutin de vendredi augmentent substantiellement.

Dans la journée, M. Applebaum tentait de convaincre Richard Deschamps, qui convoite aussi le poste de successeur intérimaire de Gérald Tremblay, de se joindre à lui.

« Je suis appuyé fortement par plusieurs membres d'Union Montréal. Je vais continuer de discuter avec [la chef de Vision Montréal] Louise Harel et [le chef de Projet Montréal] Richard Bergeron. Je veux que tout le monde soit à la table. Que tout le monde soit représenté dans cette coalition. Je donne le défi à M. Deschamps de se lever et de travailler dans l'intérêt des citoyens et citoyennes », a déclaré M. Applebaum.

Pour sa part, M. Deschamps estime que le caucus [d'Union Montréal] est solidaire. « J'aurai l'occasion de parler avec eux pour revérifier quelle est leur perception dans les 24 prochaines heures », a-t-il répliqué.

L'idée de M. Applebaum de former une coalition séduit les partis d'opposition. Par ailleurs, il est favorable à une baisse de l'augmentation de taxes prévue pour 2013.

Par contre, Richard Deschamps n'est pas favorable aux idées de M. Applebaum.

Louise Harel, la chef de Vision Montréal, a indiqué que son caucus discutait des propositions de M. Applebaum, mais elle n'a pas exclu que son parti présente un candidat.

En tout état de cause, les tractations se poursuivent à la Ville de Montréal et d'autres scénarios pourraient émerger d'ici le vote de vendredi.

Des positions divergentes sur le budget

M. Deschamps défend le budget présenté par l'ancienne administration du maire Gérald Tremblay et son parti, un budget qui comprend des augmentations de taxes de 3,3 %.

Son collègue au sein de la formation Union Montréal Alan De Sousa, vice-président du comité exécutif, appuie sa candidature. « À ce moment de notre histoire, nous avons besoin de stabilité, estime M. De Sousa. On a besoin d'une légitimité pour le maire qui sera choisi par le conseil municipal. On a besoin de quelqu'un qui a l'intégrité pour gérer la Ville au cours des 11 prochains mois. »

De son côté, M. Applebaum plaide en faveur d'une réduction de la hausse de taxes de 3,3 % à 2,2 %.

Richard Bergeron, chef de Projet Montréal, réagit à la démission du maire Gérald Tremblay. Richard Bergeron, chef de Projet Montréal, réagit à la démission du maire Gérald Tremblay.

« Je dois vous dire que j'ai rencontré Michael Applebaum pendant une heure et demie samedi après-midi, et demain [mardi] je rencontre à nouveau M. Applebaum et M. Deschamps. J'écoute ce qu'ils ont à dire. Et M. Applebaum semble vraiment vouloir être en rupture avec ce qu'on pourrait appeler "le régime Union Montréal" », explique Richard Bergeron. « La démarche de Richard Deschamps, [...] c'est l'effort de maintenir le régime. Applebaum, ça semble être autre chose, jusqu'à preuve du contraire. »

« On doit avoir en tête que c'est un moment de crise à Montréal. Il faut donc s'élever au-dessus de nos petits intérêts personnels. » — Richard Bergeron

Maire jusqu'aux élections de 2013

Ces tractations surviennent quelques heures après l'ouverture de la période des mises en candidature pour le choix d'un maire intérimaire à la Ville de Montréal, mardi matin. Cette période se poursuivra jusqu'à jeudi, 16 h 30. C'est au cours de celle-ci que les aspirants au poste de maire intérimaire doivent déposer leur lettre d'intention au conseil municipal.

Les 64 élus montréalais choisiront vendredi, parmi les candidats qui s'avanceront, la personne qui assurera la fonction de maire jusqu'aux élections municipales de novembre 2013. Le choix du maire se fera par scrutin secret lors d'une assemblée ouverte aux citoyens. Chaque candidat prendra la parole pendant un maximum de 20 minutes pour faire valoir sa candidature.

Louise Harel. Louise Harel.

Advenant le cas où deux candidats récolteraient le même nombre de votes, le président du conseil municipal pourrait briser l'égalité en accordant un deuxième vote au candidat de son choix.

Si un seul candidat devait déposer sa candidature, il serait alors élu par acclamation et l'élection serait alors annulée.

Le nouveau maire prêtera serment le même jour. En attendant cette élection, Jane Cowell-Poitras, conseillère de Lachine, occupe le poste de mairesse par intérim.

L'opposition profite par ailleurs de la semaine pour négocier son appui à un candidat en y mettant ses conditions. Richard Bergeron et Louise Harel font front commun pour réaffirmer leur demande de formation d'un prochain comité exécutif de coalition. Le chef de Projet Montréal et la chef de Vision Montréal en font une condition incontournable dans leur choix du prochain maire.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook