Applebaum quitte le comité exécutif de Montréal

Applebaum démissionne, Coderre brasse la sauce

Le maire de l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Michael Applebaum, a annoncé vendredi sa démission du poste de président du comité exécutif de Montréal. Il compte toutefois rester au sein du parti Union Montréal.

M. Applebaum a motivé sa décision par des divergences avec d'autres membres du comité exécutif sur le budget 2012.

Michael Applebaum souhaitait éliminer la taxe d'eau qui représente environ le tiers de la hausse moyenne de 3,3 % des taxes. Cependant, Richard Deschamps, candidat d'Union Montréal pour l'élection d'un maire par intérim, ne serait pas entièrement d'accord avec lui à ce sujet.

Un rapport embarrassant

Lors de son point de presse, Michael Applebaum a montré aux journalistes un document qu'il a présenté comme un rapport sur les coûts des contrats de construction datant de 2004 qui aurait été caché à l'ex-maire, Gérald Tremblay. Le rapport ne s'est jamais rendu au bureau du maire, a martelé M. Applebaum.

Le document dévoile que les contrats coûtent entre 30 % à 40 % plus cher aux Montréalais pour les mêmes travaux que dans les autres villes, selon M. Applebaum.

Il a également évoqué certains de ses collègues, dont il n'a pas révélé les noms, qui auraient refusé de rendre public ce rapport avant la période des questions afin de s'éviter des « questions embarrassantes ».

Tensions au sein d'Union Montréal

Richard Deschamps est devenu jeudi le candidat de sa formation politique pour remplacer Gérald Tremblay comme maire jusqu'aux élections municipales de novembre 2013.

Cependant, le scrutin a été très serré, et l'unité du parti est très fragile. Des sources indiquent que Richard Deschamps a récolté 27 votes, contre 22 pour Michael Applebaum, et 8 pour Helen Fotopulos.

Richard Deschamps, vice-président du comité exécutif de la Ville de Montréal Richard Deschamps, vice-président du comité exécutif de la Ville de Montréal

Michael Applebaum aurait eu plus de difficultés à obtenir l'appui des partis d'opposition pour le vote de la semaine prochaine. Richard Deschamps serait perçu comme étant davantage capable de faire des compromis avec les opposants politiques.

Des sources indiquent que le résultat de jeudi, qui a permis l'élection de Richard Deschamps, était influencé par la présence de plusieurs conseillers d'arrondissement.

Contrairement aux conseillers de la Ville, les conseillers d'arrondissement ne siègent pas à l'Hôtel de Ville. Ils ne voteront donc pas vendredi prochain lors du scrutin pour désigner le successeur de Gérald Tremblay à Union Montréal.

Un vieux routier de la formation politique a indiqué à Radio-Canada : « L'unité du parti est très fragile. Rien ne garantit qu'on va survivre à ce qui se passe. »

Appui conditionnel de Bergeron

Comme Louise Harel plus tôt cette semaine, Richard Bergeron se dit prêt à appuyer Richard Deschamps, mais à certaines conditions.

L'ombre de Denis Coderre

Denis Coderre (archives) Denis Coderre (archives)

Plusieurs élus de l'Hôtel de Ville ont déjà été contactés par Denis Coderre, qui prépare le terrain pour la prochaine course à la mairie de Montréal.

Selon certaines sources, les tractations actuelles pourraient être l'expression d'une scission entre ceux qui pourraient appuyer M. Coderre et ceux qui ne se présenteront pas avec lui.

Deux élus d'Union Montréal ont déjà indiqué qu'ils ne pensaient pas que le député fédéral ferait un bon maire. En septembre, Luis Miranda, maire de l'arrondissement d'Anjou, et Marvin Rotrand, doyen du conseil municipal, avaient été critiques envers le député de Bourassa.

« Denis Coderre n'a aucune expérience au niveau municipal. Je ne crois pas qu'il serait capable de confectionner demain matin un budget municipal, un budget de Montréal. Il ne serait pas capable. Les fonctionnaires le feraient pour lui, mais il faut le comprendre, il faut l'interpréter. Lui ne pourrait pas le faire », avait déclaré Luis Miranda à Radio-Canada.

Marvin Rotrand avait affirmé pour sa part que M. Coderre « est député depuis 13 ans et il avait des dossiers qui n'ont rien à faire avec le municipal. Ministre de l'Immigration, président du Conseil privé, il n'a pas été reconduit comme ministre par Paul Martin en 2004. Il n'y a pas d'appuis pour lui au conseil municipal. »

Denis Coderre tenait son souper spaghetti annuel vendredi soir. Il a déclaré qu'il envisageait être candidat à la mairie de Montréal en 2013.

Avec la collaboration de Davide Gentile