L'homme d'affaires Jean-Yves Lortie dit avoir versé des pots-de-vin au maire Vaillancourt

Christian Latreille fait le point

Exclusif - Un ex-huissier de Laval, Jean-Yves Lortie, affirme qu'il a déjà remis deux pots-de-vin de 15 000 $ en argent comptant au maire de Laval, Gilles Vaillancourt, afin d'obtenir davantage de contrats de la part de la Ville.

Ces allégations ont été démenties par le maire, qui a réagi à la publication de ces informations par voie de communiqué.

« M. Vaillancourt réaffirme qu'en aucun temps, il ne s'est impliqué dans l'octroi ou la réalisation d'un contrat et par conséquent, de n'avoir jamais reçu d'argent de la part d'un entrepreneur », affirme son attachée de presse, Johanne Bournival.

Dans une entrevue accordée à Radio-Canada en août, Jean-Yves Lortie affirme que le versement de pots-de-vin est une condition pour obtenir des contrats à Laval.

Le maire Vaillancourt, dit-il, touchait personnellement de 3 % à 5 % de la valeur de tous les contrats accordés par la Ville.

Lire notre texte : Le maire Vaillancourt démissionnera vendredi

M. Lortie est un collecteur de fonds professionnel. L'homme a récolté des millions de dollars au fil du temps au profit du maire Vaillancourt et de ses deux prédécesseurs, Claude Ulysse Lefebvre et Lucien Paiement.

Radio-Canada a également appris que la commission Charbonneau n'a pas l'intention de faire témoigner l'ex-collecteur de fonds. Les faits qu'il rapporte se sont produits avant 1996, une période à l'extérieur du mandat de la commission.

L'ex-maire Lefebvre a nié ces allégations.

Sur la scène fédérale, Jean-Yves Lortie a amassé des fonds pour Brian Mulroney pour sa campagne à la direction du Parti progressiste-conservateur en 1983, et il a été l'un des organisateurs de Kim Campbell dans la course à l'investiture du parti en 1993.

Le regretté journaliste politique Michel Vastel avait déjà évoqué que lors du congrès au leadership de 1993, Jean-Yves Lortie avait inscrit plusieurs délégués en « balançant sur la table des inscriptions [...] un paquet de chèques certifiés pour 40 000 $ et 15 000 $ comptant ».

« Certains auraient pu trouver plus discret et plus simple de laisser chacun des délégués s'inscrire seul, avec son argent, mais tel n'était pas alors le style de Jean-Yves Lortie », poursuivait M. Vastel.

Jean-Yves Lortie est disposé à parler de son expérience lavalloise par volonté de soulager sa conscience. Il est épaulé dans sa démarche par un ex-juge.

Lisez notre texte : Retour sur la carrière de Gilles Vaillancourt

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook