Harel et Bergeron proposent un comité exécutif de coalition

Davide Gentile explique que la Ville est déjà à préparer la succession

Moins de 24 heures après la démission du maire Gérald Tremblay, Richard Bergeron, chef de Projet Montréal, et Louise Harel, leader de Vision Montréal, proposent la mise en place d'un comité exécutif de coalition, et ce, jusqu'à la tenue des élections municipales de 2013.

Premier à s'adresser aux journalistes, M. Bergeron a précisé qu'il ne comptait pas siéger personnellement dans ce comité, car il sera candidat au poste de maire. Cela permettra, dit-il, d'éviter « la confusion des genres ».

Son parti aura tout de même un représentant dans le comité exécutif en question.

Selon M. Bergeron, on pourra alors reprendre le processus d'adoption du budget, « qui serait retardé d'à peine une dizaine de jours ».

Louise Harel , chef de Vision Montréal Louise Harel , chef de Vision Montréal

Louise Harel a abondé dans le même sens. Comme son rival de l'opposition, la chef de Vision Montréal prône un travail de « collégialité » qui se cristalliserait dans un comité exécutif de coalition. Celui-ci « rassemblerait différents courants d'opinion » à l'Hôtel de Ville.

Mme Harel a également souligné qu'elle n'entendait pas siéger au sein de ce comité et qu'elle réservait sa candidature à la mairie de Montréal en 2013.

Pour la chef de Vision Montréal, « le maire intérimaire doit se consacrer entièrement aux charges de sa fonction et avoir comme principale qualité de rassembler ».

Il doit aussi, selon elle, « poser des gestes significatifs avant Noël », en commençant par le rétablissement de la « ligne éthique dans les meilleurs délais ».

En outre, Mme Harel suggère une révision rapide des estimations de contrats, dont l'examen, propose-t-elle, devrait se faire en collaboration avec le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Enfin, elle exige la création d'un poste de commissaire à l'éthique à Québec, doté d'un pouvoir de sanction.

« Prématuré », selon Union Montréal

« C'est un peu prématuré », a déclaré Marvin Rotrand, vice-président de la commission de la présidence du conseil et leader de la majorité, en réponse aux demandes de création d'un comité exécutif de coalition.

Sur l'adoption du budget, M. Rotrand a estimé qu'il ne voyait « aucun avantage à suspendre le budget qui pourrait être amendé ».

Le parti Union Montréal et le conseil municipal doivent désigner le successeur du premier magistrat de la deuxième ville canadienne.

En vertu de la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités, les fonctions qu'occupait Gérald Tremblay reviennent à Jane Cowell-Poitras, conseillère de Lachine désignée comme mairesse suppléante le 24 septembre dernier.

Le conseil municipal doit élire dans les 30 prochains jours un nouveau maire parmi ses 62 membres.

La loi permet le déclenchement d'une élection à la mairie dans les 15 jours qui suivent le départ du maire. Comme les membres d'Union Montréal sont majoritaires au conseil municipal, cette option est peu probable.

La loi en vigueur ne permet pas au ministre des Affaires municipales de devancer les élections générales à Montréal.

Plusieurs noms de candidats potentiels sont déjà cités, ce qui ouvre la voie à une course. Selon des sources de Radio-Canada, trois membres d'Union Montréal voudraient au moins assurer l'intérim : le président du comité exécutif, Michael Applebaum, ainsi que les deux vice-présidents du comité exécutif, Richard Deschamps et Alan DeSousa.

Un nouveau maire l'automne prochain

La véritable course à la mairie aura lieu toutefois l'automne prochain, au moment où les élections municipales seront déclenchées.

Outre Richard Bergeron et Louise Harel, qui ont déjà annoncé leurs intentions, le député fédéral Denis Coderre, qui a laissé entendre qu'il se lancerait dans la course à la mairie de Montréal, a annoncé qu'il allait rencontrer les journalistes vendredi sans autre précision.

Facebook