Gérald Tremblay prend quelques jours de repos

Les explications de Davide Gentile

Le maire de Montréal, Gérald Tremblay, prend quelques jours de repos après des allégations accablantes à la commission Charbonneau.

Il sera de retour à l'hôtel de ville lundi prochain, a indiqué son attachée de presse, Martine Painchaud.

Interrogé par les journalistes, le président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Michael Applebaum, a minimisé l'absence du maire. « C'est normal, il n'y a rien là. Il a le droit de prendre quelques jours de congé », a-t-il dit.

M. Applebaum a toutefois dit ignorer si le maire restera en poste. « Je ne peux pas vous dire, c'est à M. Tremblay de prendre sa décision », a-t-il soutenu.

Michael Applebaum a par ailleurs annoncé que le budget de Montréal pour l'année 2013, vivement critiqué, était sous révision et que d'autres scénarios étaient développés. La hausse de taxes de 3,3 % prévue dans le budget a suscité un tollé dans un contexte où se multiplient les allégations de détournements de fonds publics vers le crime organisé et des hauts fonctionnaires.

Plus tôt cette semaine, un ex-organisateur politique du parti Union Montréal a raconté devant la commission Charbonneau que Gérald Tremblay a été informé que son parti pratiquait une double comptabilité lors d'élections partielles organisées en décembre 2004 dans l'arrondissement de Saint-Laurent.

L'opposition envisage déjà l'après-Tremblay

Louise Harel Louise Harel

La chef de l'opposition officielle, Louise Harel, souhaite que le maire profite de son congé pour mener une réflexion qui le poussera à démissionner. Si cette éventualité s'avérait, l'ancienne ministre des Affaires municipales croit que plusieurs scénarios seraient alors sur la table.

« Le Conseil de Ville, à partir de la semaine prochaine [...] peut dans les 15 jours décider d'une élection partielle. Il peut [aussi] dans les 30 jours lui choisir un successeur », a-t-elle expliqué, évoquant même l'intervention de Québec. « Le ministre des Affaires municipales peut également décider d'une élection générale à la mairie ou encore décider de lui nommer un successeur », a ajouté la chef de Vision Montréal.

Le ministère des Affaires municipales précise cependant que rien dans la loi ne prévoit le déclenchement d'élections générales dans une ville avant le terme prévu de quatre ans.

Le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, dit de son côté privilégier la désignation d'un maire par intérim. « Je ne suis pas partisan du désordre maximal à l'hôtel de ville », a-t-il déclaré, disant espérer « une gestion relativement tranquille, paisible, de la Ville de Montréal, qui nous conduirait à la prochaine élection », prévue le 3 novembre 2013.

Le gouvernement péquiste accueille favorablement le congé que le maire s'est accordé. « Je trouve que ça fait baisser la tension, ça fait baisser la pression », a réagi le ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault. « Évidemment, nous allons suivre ce qu'il va dire pour la suite des choses avec intérêt », a-t-il poursuivi.

« Nous lui avons demandé de réfléchir [à son avenir politique], il a décidé de réfléchir. Respectons sa période de réflexion », a de son côté déclaré son collègue Jean-François Lisée, responsable de la métropole.

Pour l'instant, l'éventuelle démission du maire Tremblay n'est cependant que spéculation, et ses troupes continuent en très grande majorité de l'appuyer.

Mercredi, Gérald Tremblay avait déjà annulé sa présence à deux événements auxquels il devait participer cette semaine.

Facebook