Matricule 728 : les plaintes contre les trois hommes suspendues

Le compte rendu de Normand Grondin

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a décidé de ne pas intenter de poursuites, jusqu'à nouvel ordre, contre les trois hommes bousculés par l'agente Stéfanie Trudeau lors d'une intervention controversée le 2 octobre dernier.

Ce faisant, le SPVM veut faire une révision complète de l'incident avant d'envisager une quelconque démarche.

Rudi Ochietti, Serge Lavoie et Simon Pagé ne sont pas pour autant à l'abri d'éventuelles plaintes, qui pourraient les amener à comparaître devant le tribunal.

Pour l'heure, on sait que les plaintes de voies de fait contre un policier et d'entrave au travail des policiers portées contre les trois hommes, et celle d'intimidation portée contre MM. Lavoie et Pagé, n'ont pas été retenues.

Prévue mercredi, la comparution de Serge Lavoie et Simon Pagé est donc annulée. Il en va de même pour M. Ochietti, dont la date de comparution n'avait pas encore été fixée.

L'avocat des trois hommes, Me Denis Poitras, a indiqué à La Presse Canadienne avoir été avisé par le procureur-chef adjoint de la Cour municipale, Me Gaétan Plouffe, qu'il annulait la comparution et les conditions « parce qu'il avait uniquement deux dossiers entre les mains et que ce qu'il avait entre les mains n'était pas suffisant pour maintenir des plaintes ».

Prendre le temps de « réévaluer le dossier »

Au SPVM, le commandant Ian Lafrenière explique que, « compte tenu des circonstances », le corps policier avait décidé de « prendre le temps requis pour réévaluer tout le dossier » avant de décider d'aller de l'avant ou non avec les plaintes.

Pour leur part, les trois hommes n'ont pas encore décidé d'intenter ou non des poursuites contre la policière Stéfanie Trudeau.

Rudi Ochietti, Serge Lavoie et Simon Pagé avaient été appréhendés sans ménagement dans un local d'artistes qu'ils partagent avec d'autres créateurs sur la rue Papineau à Montréal. Les images et les enregistrements, diffusés par Radio-Canada, ont été largement relayés par les autres médias et les réseaux sociaux.

L'agente, connue nous le nom de Matricule 728, a été suspendue de ses fonctions pendant la durée de l'enquête interne qui est en cours au SPVM.