SPVM : Matricule 728 au coeur d'une nouvelle controverse

Le reportage de Normand Grondin

Exclusif - La policière du SPVM Stéfanie Trudeau, que l'on avait vue en mai dernier poivrer sans préavis un groupe de manifestants dans une vidéo qui a fait le tour de la toile, est impliquée dans une nouvelle histoire controversée.

Cette fois, la policière, mieux connue sous le nom de Matricule 728, est au centre d'une intervention musclée, où quatre personnes ont été arrêtées pour des motifs nébuleux et dans des conditions pénibles.

Le 2 octobre dernier, avenue Papineau, Rudy Orchietti, un artiste qui habite Le-Plateau-Mont-Royal, tient la porte pour qu'un de ses amis musiciens y entre son matériel audio. Quelques secondes avant, il avait une bière en main. La policière Stéfanie Trudeau arrive sur l'entrefaite.

« Là, je tiens la porte ouverte, je me fais interpeller, je dis : ''oui madame'', puis là elle m'a crié après, elle m'a dit ''toé''. [Je réponds] : ''Oui madame''. Elle me dit : ''permis de conduire, assurance'' », dit Rudy Orchietti.

M. Orchietti demande pourquoi à la policière. C'est une question de trop. Il est plaqué au sol, menotté.

« Puis tout de suite elle me prend par le collet, elle me tire vers là, elle me pousse, pousse, en m'invectivant, elle me pousse tout en m'invectivant, je me retrouve ici. Elle me pousse je tombe ici, puis je tombe là. Puis là elle me saute dessus, bang. Des coups de genoux, des coups de coude, c'est ça », explique-t-il.

Son ami musicien Serge Lavoie intervient et invective la policière. « Puis là, je suis hors de moi, puis là elle dit : ''toé débarrasse, dégage'', puis c'est ce que j'ai fait », affirme-t-il.

Le reste de la scène est surréaliste. La policière poursuit Serge Lavoie dans la maison et lui enserre le cou.

La policière Trudeau maîtrisant un suspect

Plus d'une semaine après l'incident, les quatre personnes arrêtées sont encore sous le choc.

« J'entends crier tout le temps tout le temps, pis là elle me dit : ''je t'arrête, je t'arrête'', mais là elle est en train de m'étrangler, puis ça dure jusqu'en bas, plus ça descend, plus elle m'étrangle puis là je suis convaincu qu'elle est en train de me tuer », dit Serge Lavoie.

Après l'intervention, la policière saisit les téléphones des prévenus, mais déclenche involontairement l'un d'entre eux. Dans la conversation qu'elle a eue dans son véhicule avec son supérieur, on peut notamment l'entendre dire : « Là on a réussi à le menotter, mais là pendant ce temps-là, toute les rats qui étaient en haut dans... les gratteux de guitares, c'toute des ostie de carrés rouges là, toute des artistes astie de, de, en tous cas des mangeux de marde, fait que là y sont comme toutte commencé à sortir de l'appartement tsé ».

La policière poursuit en parlant de l'arrestation de Serge Lavoie. « Là, on... on... je saute sur l'ostie de trou de cul. Là évidemment, y s'laisse pas faire, là l'encolure ostie, chu en train de l'étouffer, là je me bas avec dins escaliers, on se bat avec dins escaliers [...] Là finalement a foulu que j'lève le ton pis j'commence à sauter ma coche pour qu'y ça, se dispersent ou qu'y r'rentrent vers le haut tsé. »

Finalement, rendu au poste, Stéfanie Trudeau revient sur l'intervention. « Même si j'aurais pas été 728 c'est des caves pareils, tsé c'est ben parce qu'il m'a reconnu, c'est ben sûr je suis facilement reconnaissable, une fille qui brasse y en a pas 12 000 [...] Non je l'ai pas poivré, ben j'étais sur le bord en tabarnak, j'étais sur le bord, ça me tentait en crisse, ben je me suis dit si je le fait ça va se retrouver dans les manchettes. »

En tout, une vingtaine de véhicules policiers ont participé à l'intervention. Quatre personnes doivent faire face à la justice pour entraves à un agent de la paix, voies de fait et intimidation.

Matricule 728 retirée des opérations

À la suite des reportages de Radio-Canada, le SPVM a décidé de retirer des opérations la policière Trudeau le temps de mener une enquête interne sur l'incident.

« Bien que cette discussion ait eu lieu en privé, c'est à ce point préoccupant qu'on a décidé que cette policière serait retirée des opérations dès maintenant. Donc, elle n'est plus en lien avec la population et la direction [du SPVM] a demandé à ce qu'une enquête interne soit faite pour rencontrer les témoins pour faire la lumière sur ce qui s'est passé », a expliqué le porte-parole du SPVM, Ian Lafrenière, en entrevue à Radio-Canada.

Sans dire que le comportement de la policière est inacceptable, M. Lafrenière affirme cependant qu'« on veut savoir dans quel état d'esprit, de quelle façon elle intervient avec les gens et c'est pas le genre de police auquel on s'attend, c'est clair ».

D'après un reportage de Normand Grondin

Facebook