Le maire Vaillancourt surpris par l'ampleur de l'enquête policière

L'allocution du maire de Laval, Gilles Vaillancourt

« Je ne démissionnerai pas! », affirme le maire de Laval, Gilles Vaillancourt, en réaction aux perquisitions de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) et de l'escouade Marteau à son domicile ainsi que dans plusieurs bureaux municipaux.

Le maire de Laval s'est dit surpris par l'opération policière. « Je dois vous avouer que ce que je vis aujourd'hui est un choc », a-t-il déclaré. « C'était totalement imprévu. Et je peux vous affirmer que ce n'est pas une situation très plaisante. »

M. Vaillancourt soutient avoir décidé de s'adresser aux médias et à la population « par souci de transparence, par devoir et (à cause)des réactions que cela suscite ». Il a toutefois refusé de répondre aux questions et a quitté la pièce sitôt son allocution terminée.

Le maire Vaillancourt entend collaborer pleinement à l'enquête policière, mais il ne la commentera pas, car il soutient ne pas en connaître les motifs.

Le maire de Westmount et président de l'Association des municipalités de banlieue, Peter Trent, considère que le maire Vaillancourt doit quitter les fonctions qu'il occupe au sein de l'Union des municipalités du Québec (UMQ).
Les responsabilités de Gilles Vaillancourt

Le maire de Laval entend continuer à travailler « pour répondre aux besoins de la population de Laval comme je l'ai toujours fait depuis que j'ai l'honneur de siéger au conseil municipal ».

Série de perquisitions

M. Vaillancourt était absent de l'hôtel de ville vendredi matin, où il amorce généralement sa journée de travail vers 9 h 30.

La série de perquisitions menées par des agents de l'UPAC et de l'escouade Marteau a pris fin vers 5 h vendredi matin. Les policiers ont mené des perquisitions à la résidence du maire Vaillancourt et dans quatre édifices de Laval, dont l'hôtel de ville et la résidence principale du maire Vaillancourt.

De son côté, un membre de l'exécutif du Mouvement lavallois, Emilio Migliozzi se dit satisfait de la tournure des événements. « On est très heureux de voir que les enquêteurs font leur job et que la cour va finalement prendre une décision sur ce qui s'est passé, sur les événements qui se sont passés durant ces années-là. »

« Nous, ça fait longtemps qu'on en parle. On interpelle le maire à tous les mois depuis 2009. Nous n'avons jamais eu de réponse. C'est très difficile d'avoir une réponse du maire Vaillancourt. » — Emilio Migliozzi

Le Mouvement lavallois ne réclame pas la démission du maire Vaillancourt pour autant. M. Migliozzi précise que son parti veut procéder de façon plus démocratique. « La seule chose qu'on demandait, nous, au mouvement lavallois, c'est qu'il réponde aux questions honnêtement pour qu'on voie la lumière au bout du tunnel », explique-t-il.

Gilles Vaillancourt est maire de la ville de Laval depuis juin 1989. Il siège au Conseil municipal de Laval depuis 1973.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook