Droits de scolarité au Québec : un débat de société

48e manifestation nocturne : vandalisme et arrestations

Le compte rendu de Louis-Philippe Ouimet à 21 h

La 48e manifestation nocturne pour dénoncer la hausse des droits de scolarité et la loi 78 s'est soldée par des actes de vandalisme et par 12 arrestations dimanche soir dans les rues du centre-ville de Montréal.

Quelques centaines de personnes se sont rassemblées vers 21 h au parc Émilie-Gamelin, point de départ habituel des manifestations nocturnes. Aucun itinéraire n'ayant été fourni, la marche a été déclarée illégale d'entrée de jeu, mais le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) disait la tolérer si aucun geste répréhensible n'était commis.

Le cortège s'est déplacé rue Ontario vers l'ouest, avant d'emprunter les rues Saint-Urbain et Sainte-Catherine. La marche s'est ensuite dirigée vers le Vieux-Montréal, loin de la rue Crescent et du Quartier des spectacles, où se déroulaient les festivités des Francofolies.

Au plus fort de la marche, ils étaient environ un millier à arpenter les rues du centre-ville, dans une ambiance festive. La situation a dégénéré vers 21 h 30, lorsque la foule s'est déplacée en direction du Palais des congrès, devant les bureaux de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ).

Des manifestants masqués et vêtus de noir se sont alors infiltrés dans la foule, place Jean-Paul Riopelle. De la casse et des gestes de vandalisme ont été commis. La porte en vitre de la CDPQ a été fracassée et des poubelles ont été lancées. Une fenêtre de la Banque Nationale a également été la cible de casseurs.

Les manifestants se dispersent dans le Vieux-Montréal. Les manifestants se dispersent dans le Vieux-Montréal.

C'est à ce moment que plusieurs avis de dispersion ont été donnés par le SPVM. Les manifestants ont couru dans tous les sens lorsque les policiers ont foncé boucliers et matraques à la main. Des dizaines d'entre eux se sont alors dirigés en direction de la rue Sainte-Catherine Ouest.

Les policiers ont de nouveau demandé aux gens de se disperser et ont arrêté une dizaine de manifestants qui refusaient d'obtempérer. Altercations et échanges verbaux s'en sont suivis. Des gaz lacrymogènes ont été utilisés pour disperser la foule et plusieurs personnes ont été incommodées par du poivre de Cayenne.

Le SPVM rapporte 12 arrestations ciblées au cours de la soirée, ainsi que des méfaits commis sur des immeubles, sur des véhicules de police et sur des voitures de citoyens.

La 48e manifestation a pris fin vers 22 h 30, conclusion d'une fin de semaine assez mouvementée. Plus tôt en journée, plusieurs manifestations en marge des festivités du Grand Prix du Canada de formule 1 avaient également eu lieu, au cours desquelles le SPVM affirme avoir effectué 34 arrestations « préventives » et expulsé une quarantaine de personnes du parc Jean-Drapeau.

La présence policière était toujours imposante dans les rues de Montréal en fin de soirée. La présence policière était toujours imposante dans les rues de Montréal en fin de soirée.

Vous pouvez relire notre couverture en direct des manifestations du 10 juin :