L'agrile du frêne découvert à Montréal

Les autorités restent vigilantes concernant la progression de l'insecte à Montréal, rapporte Émilie Dubreuil.

La découverte à Montréal d'un insecte ravageur venu d'Asie menace la santé de plus de 45 000 frênes qui bordent les rues et qui ornent les espaces verts de la ville.

L'agrile du frêne, un insecte vert dont les larves prolifèrent sous l'écorce de ces arbres, a été introduit accidentellement en Amérique du Nord dans des chargements de marchandises venus d'Asie.

L'insecte, qui ne possède aucun prédateur naturel ici, a déjà ravagé des millions d'arbres en Amérique depuis son arrivée, en 2002.

Les premiers spécimens d'agrile du frêne découverts à Montréal se trouvaient dans des arbres situés près de l'intersection des rues Haig et Notre-Dame, dans l'est de la ville.

Lorsqu'un frêne est colonisé par cet insecte , il meurt généralement en trois ans environ. Les arbres sont en général abattus dès qu'une infestation est détectée. Ce ravageur s'attaque à toutes les essences de frênes indigènes.

La découverte d'agriles à Montréal n'augure donc rien de bon pour la population de frênes de la région. À Montréal, les frênes représentent environ 20 % de l'ensemble de la forêt urbaine.

L'Agrilus planipennis Fairmaire, de son nom latin, colonise les arbres en pondant ses oeufs dans les fentes et les petites crevasses de l'écorce du tronc et des branches.
Ravages causés par l'agrile du frêne. Des galeries creusées par les larves de l'agrile du frêne sous l'écorce d'un arbre infesté

Une fois écloses, les larves s'introduisent sous l'écorce où elles se nourrissent du cambium, la couche végétale qui se trouve entre l'écorce et le bois. L'insecte laisse des galeries très caractéristiques dans le bois de l'arbre affecté. Une fois à maturité, l'insecte sort à l'air libre en perçant l'écorce de l'arbre.

Les spécialistes de la Ville de Montréal et de l'Agence canadienne d'inspection des aliments surveillent la progression de cet insecte de près. Les autorités travaillent à mettre sur pied un plan d'intervention qui devrait être mis en marche dès l'automne.

Facebook