Guy Turcotte est reconnu non criminellement responsable

La mère des victimes, Isabelle Gaston, réagit à l'annonce du verdict.

Guy Turcotte est non criminellement responsable de la mort de ses enfants pour cause de troubles mentaux. C'est ce qu'ont décidé les 11 jurés mardi, au palais de justice de Saint-Jérôme.

L'ex-cardiologue était accusé du meurtre de ses deux jeunes enfants, en février 2009. Après l'annonce du verdict, il a paru soulagé.

De son côté, Isabelle Gaston, l'ex-conjointe de Guy Turcotte, a déclaré être sous le choc.

Mme Gaston a par la suite lu devant les journalistes une lettre adressée à ses enfants.

Elle a aussi déclaré qu'elle n'était pas satisfaite de ce verdict et qu'elle n'aurait été satisfaite d'aucun autre verdict, car elle ne retrouverait jamais ses enfants.

« Leur court passage dans la vie [ses deux enfants] devrait nous faire faire comprendre que les adultes n'ont pas de droit de vie ou de mort sur les enfants. Ils n'ont pas le droit à une quelconque violence. Et ce, peu importe les conflits et les tourments qu'ils peuvent avoir dans leur vie. » — Isabelle Gaston

Mme Gaston a affirmé, pour sa part, qu'elle n'interjettera pas appel. Et s'il y a un autre procès, au cas où la Couronne en appellera, elle n'ira pas au tribunal.

La mère des deux enfants a ensuite remercié les procureurs de la Couronne et les enquêteurs pour leur travail.

Après ce verdict, Guy Turcotte va quitter la prison et sera placé dans une institution psychiatrique où son état mental sera évalué durant une certaine période qui pourra durer trois mois. Si les psychiatres estiment que M. Turcotte ne représente pas de danger pour la société, il sera remis en liberté.

Croquis judiciaire du procès de Guy Turcotte.

Longue délibération

Au cours de la fin de semaine dernière, les membres du jury ont réécouté les témoignages de l'accusé, ainsi que celui du psychiatre qui a traité l'ex-cardiologue à son arrivée à l'Institut Philippe-Pinel, quelques jours après avoir poignardé à mort ses deux enfants.

Quatre verdicts étaient possibles dans ce dossier : meurtre au premier degré, meurtre au deuxième degré, homicide involontaire coupable ainsi que non criminellement responsable pour cause de troubles mentaux.

L'acquittement était exclu, puisque Guy Turcotte, 39 ans, avait admis avoir commis les deux meurtres.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook