Inondations en Montérégie : l'eau monte encore plus

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Témoin de l'événement ? Envoyez-nous vos photos et vidéos.

Le déploiement de l'armée est bienvenu, rapporte Denis-Martin Chabot.

Une centaine de militaires des Forces canadiennes devraient être déployés ce matin à St-Jean-sur-Richelieu, en Montérégie, pour aider les citoyens aux prises avec les inondations. Le niveau de la rivière Richelieu continue de monter et l'alerte d'inondation a été étendue à toute la longueur du cours d'eau, de Sorel au lac Champlain.

Le premier ministre du Québec, Jean Charest, doit aussi se rendre dans la région aujourd'hui. Cette annonce avait été faite un peu plus tôt dans la journée de mercredi par M. Charest à l'Assemblée nationale : « Il faut, devant des circonstances exceptionnelles, prendre des moyens exceptionnels ».

Selon des informations recueillies par Radio-Canada, une centaine de militaires pourraient arriver dès jeudi dans la ville de Saint-Jean-Sur-Richelieu. D'autres seront déployés dans les villes alentour.

Le niveau de la rivière Richelieu, qui prend sa source au lac Champlain, a continué de monter tout au long de la journée de mercredi. Jeudi matin, elle montait toujours.

Évacuation du Collège militaire royal de Saint-Jean

Alors que la population attend l'arrivée de l'armée, ce sont des élèves officiers du Collège militaire royal de Saint-Jean, situé aux abords de la rivière Richelieu, qui ont été évacués.

Cette décision a été prise pour que les 150 étudiants puissent entamer sereinement leur période d'examen.

La lieutenante de vaisseau Michèle Tremblay, officier des affaires publiques à la garnison Saint-Jean, a également expliqué que la priorité est de protéger les infrastructures de l'armée : « Sinon, les Forces ne seraient pas en mesure d'aider des citoyens ou de protéger la souveraineté du pays si le gouvernement canadien le demandait ».

Une rivière toujours menaçante

Plus de 2000 résidences sont touchées par les inondations à Venise-en-Québec, à Noyan, à Saint-Jean-sur-Richelieu, à Henryville et à Sainte-Anne-de-Sabrevois. Au moins 500 résidences ont été évacuées.

Dans le secteur de Saint-Paul-de-l'Île-aux-Noix, 40 millimètres de pluie sont tombés la nuit dernière. Le niveau de la rivière a ainsi monté de 20 centimètres.

Mardi soir, la municipalité de quelque 2000 habitants comptait 134 résidences évacuées de façon volontaire, a indiqué le maire Gérard Dutil. De l'eau potable a dû être distribuée en raison de la contamination des puits artésiens.

Centres d'accueil temporaires

Les autorités ont annoncé mardi l'ouverture de deux centres d'accueil à Saint-Jean-sur-Richelieu, pour venir en aide aux résidents touchés par les inondations causées par la crue de la rivière Richelieu. Les résidents pourront se rendre dans ces centres pour manger ou encore prendre une douche.

Les évacuations obligatoires n'ont pas encore été décrétées, mais elles pourraient l'être plus tard. Les pompiers continuent de faire du porte-à-porte pour inciter les sinistrés à évacuer leur domicile.

Certaines maisons, situées jusqu'à 300 mètres de la rivière, sont inondées. Près de 75 000 sacs de sable ont été distribués mercredi, selon le maire de Saint-Jean-Sur-Richelieu, Gilles Dolbec.

Une maison sur le bord de la rivière Richelieu à Saint-Paul-de-l'Île-aux-Noix Une maison sur le bord de la rivière Richelieu à Saint-Paul-de-l'Île-aux-Noix