Michael Applebaum fait face à 14 chefs d'accusation

Alain Gravel, Sébastien Bovet et Michel C. Auger reviennent sur une arrestation qui a surpris et choqué les Montréalais.

Arrêté à l'aube ce matin par l'UPAC, le maire de Montréal, Michael Applebaum, a passé près de 10 heures avec les enquêteurs de la Sûreté du Québec avant de pouvoir sortir du quartier général de la SQ.

M. Applebaum n'a émis aucun commentaire avant de s'engouffrer dans un taxi. Il devrait tenir un point de presse demain.

Arrêté vers 6 h, Michael Applebaum a quitté les bureaux de la SQ un peu avant 16 h.

Le maire fait face à 14 chefs d'accusation, dont complot, fraude, corruption et abus de confiance.

Saulie Zajdel et Jean-Yves Bisson, respectivement ancien conseiller municipal et ancien haut fonctionnaire dans l'arrondissement Côte-des-Neiges - Notre-Dame-de-Grâce, ont également été arrêtés dans le cadre de l'opération « Méandre ».

Selon le commissaire à la lutte contre la corruption, Robert Lafrenière, les faits qui leur sont reprochés auraient été commis entre 2006 et 2011.

Patrice Roy s'entretient avec Alain Gravel

Des projets immobiliers

Robert Lafrenière a indiqué que les accusations dans ce dossier reposent sur « des pots-de-vin qui ont été obtenus qui ont fait en sorte d'influencer des décisions, des autorisations ou d'obtention de permis ou de dézonage concernant deux projets immobiliers à Montréal, dans l'arrondissement Côte-des-Neiges - Notre-Dame-de-Grâce ». Il n'a pas voulu dire de quels projets il était question, mais a précisé que les montants des pots-de-vin s'élevaient à plusieurs dizaines de milliers de dollars.

Selon des sources du journaliste et animateur de l'émission Enquête, Alain Gravel, l'enquête policière a ciblé au moins deux pots-de-vin, un de 50 000 $ qui aurait été remis à Michael Applebaum et un autre de 15 000 $ qui aurait été remis à Saulie Zajdel.

Toujours selon nos informations, un des projets en cause est celui du nouveau centre sportif de Notre-Dame-de-Grâce, un projet de 15 millions de dollars. L'autre projet est la construction d'un édifice de neuf étages près de l'Université de Montréal. 

Questionnés sur d'éventuels liens dans cette affaire avec des entrepreneurs en construction et le crime organisé, les représentants de la Sûreté du Québec se sont abstenus de donner tout détail supplémentaire pour protéger le travail des policiers qui poursuivent l'enquête dans cette affaire.

Le maire Applebaum a été arrêté à sa résidence du quartier Notre-Dame-de-Grâce. Il a été conduit ensuite au quartier général de la Sûreté du Québec, rue Parthenais, à Montréal, à bord d'une voiture blanche banalisée.

En janvier dernier, le maire Applebaum avait publiquement nié être l'objet d'enquête de la commission Charbonneau à la suite de la publication d'un article du Devoir qui révélait que les autorités s'intéressaient à des « transactions immobilières douteuses » auxquelles il aurait participé.

Pour relire notre couverture en direct de cet événement depuis votre téléphone cellulaire cliquer ici.

Le maire de Montréal devra répondre dans cette affaire à 14 chefs d'accusation, dont :

  • fraude envers le gouvernement;
  • actes de corruption dans le domaine municipal;
  • abus de confiance et complot.

Saulie Zajdel écope quant à lui de cinq chefs d'accusation dont :

  • abus de confiance;
  • fraudes envers le gouvernement;
  • actes de corruption dans les affaires municipales;
  • commissions secrètes.

Jean-Yves Bisson fait face pour sa part à quatre chefs d'accusation dont :

  • abus de confiance;
  • fraudes envers le gouvernement;
  • commissions secrètes.

En tout, 23 chefs d'accusation ont été déposés contre le maire Applebaum, Saulie Zajdel et Jean-Yves Bisson.

Michael Applebaum est le sixième maire ou ex-maire arrêté par l'UPAC depuis 2011 au Québec. Il était devenu officiellement maire de Montréal il y a sept mois, à la suite de la démission de Gérald Tremblay.

Qui est Michael Applebaum?

  • Ancien bras droit du maire Gérald Tremblay, il a démissionné de ses fonctions au sein du comité exécutif le 9 novembre 2011 et a quitté Union Montréal le 14 novembre
  • Ancien courtier immobilier
  • Élu conseiller municipal pour la première fois en 1994
  • Maire de l'arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce depuis le 1er janvier 2002
  • Président du comité exécutif de 2011 jusqu'à sa démission, en novembre 2012
  • Responsable, entre autres, de l'urbanisme, des finances, des relations avec les arrondissements et des services administratifs.
  • Membre du conseil d'agglomération.

Saulie Zajdel et Jean-Yves Bisson aussi arrêtés

Saulie Zajdel Saulie Zajdel  Photo :  PC/Graham Hughes

Saulie Zajdel a été élu dans l'arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce de 1986 à 2009 sous les bannières de Vision Montréal et d'Union Montréal. Il a aussi été membre du comité exécutif sous l'administration du maire Pierre Bourque entre 1994 et 2001.

Candidat conservateur défait dans la circonscription de Mont-Royal aux dernières élections fédérales, Saulie Zajdel a également été l'un des conseillers du ministre James Moore jusqu'en avril dernier.

Jean-Yves Bisson est un ancien haut fonctionnaire de la Ville de Montréal et de l'arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce.

Selon le journaliste Alain Gravel, M. Bisson a déjà été soupçonné d'avoir reçu des avantages de l'homme d'affaires Tony Magi, un proche de la mafia montréalaise.

Compte tenu des 14 chefs d'accusation portés contre lui, le maire pourrait ne plus être apte à diriger la ville selon la Loi permettant de relever provisoirement un élu municipal de ses fonctions sanctionnée le 9 avril 2013.

La loi précise entre autres que : « La Cour supérieure peut, sur requête, si elle l'estime justifié dans l'intérêt public, déclarer provisoirement incapable d'exercer toute fonction liée à sa charge le membre du conseil de la municipalité qui fait l'objet d'une poursuite intentée pour une infraction à une loi du Parlement du Québec ou du Canada et punissable de deux ans d'emprisonnement ou plus. »

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

Facebook