Les autorités canadiennes auraient visité Yoon plusieurs fois en prison

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Aaron Yoon était ami avec Xristos Katsibouras et Ali Medlej à l'école secondaire à London. Aaron Yoon était ami avec Xristos Katsibouras et Ali Medlej à l'école secondaire à London.  Photo :  CBC

Aaron Yoon, ce jeune homme qui aurait voyagé avec Xristos Katsiroubas et Ali Medlej, les deux Canadiens tués lors d'une attaque terroriste en Algérie, a reçu la visite des autorités canadiennes à neuf reprises depuis son incarcération en Mauritanie, selon des sources proches du dossier citées par CBC.

Vendredi, le réseau anglais de Radio-Canada a diffusé une entrevue avec Aaron Yoon dans laquelle il disait pourtant ne pas avoir reçu d'aide de la part du Canada. « Je suis en prison depuis un an, presque deux, et je n'ai aucune aide du gouvernement canadien », affirme le jeune homme.

Les sources de CBC disent également que Yoon a demandé à plusieurs reprises aux autorités canadiennes de ne pas aviser sa famille au Canada de son incarcération.

Le ministère d'État aux Affaires étrangères dit pour sa part dans un communiqué que le Canada « continue de fournir de l'assistance à l'individu comme il le ferait pour n'importe quel Canadien détenu à l'étranger ». Le communiqué précise aussi que cela ne signifie pas que le Canada se prononce quant à l'innocence ou à la culpabilité du Canadien.

Yoon soutient qu'il avait perdu contact avec Katsiroubas et Medlej

En entrevue avec CBC, Yoon affirme également avoir été battu et torturé. Il dit avoir été arrêté dans une rafle policière alors qu'il étudiait le Coran. Il est détenu depuis sous des accusations d'appartenance à une organisation illégale.

Le Canadien affirme ne pas comprendre les accusations qui pèsent contre lui. Il soutient ne pas être impliqué dans l'attentat d'In Amenas, en Algérie, ni dans aucune autre activité terroriste.

Le jeune homme est détenu en Mauritanie depuis 2011, soit bien avant l'attaque d'In Amenas dans laquelle sont mort Xristos Katsiroubas et Ali Medlej.

Yoon, Katsiroubas et Medlej sont tous originaires de London, en Ontario. Ils ont fréquenté la même école secondaire et ils auraient tous quitté le Canada ensemble.

Aaron Yoon soutient avoir perdu contact avec ses deux compatriotes depuis deux ans et explique qu'il vient tout juste d'apprendre leur mort.

Il dit ignorer comment ou pourquoi ses deux anciens camarades de classe se sont associés avec des militants djihadistes. « Franchement, je m'en fiche, parce que je préoccupe de mon propre sort », expose-t-il.