Scandale du CUSM : Duhaime et Elbaz de retour devant le tribunal en mai

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
La comparution d'Elbaz

Accusé de fraude, d'abus de confiance, de faux et de recyclage de produits de la criminalité, Yanaï Elbaz, l'ex-bras droit de l'ancien directeur général du CUSM, Arthur Porter, a comparu au palais de justice de Montréal.

Il a été remis en liberté sous conditions, dont celle de ne pas communiquer avec des employés de SNC-Lavalin ou du CUSM. Il devra aussi verser un dépôt de 50 000 $ ainsi qu'un engagement de 100 000 $.

L'homme de 44 ans est une des cinq personnes qui ont été arrêtées mercredi par l'Unité permanente anticorruption de la Sûreté du Québec (UPAC) en marge du scandale des pots-de-vin entourant la construction du nouveau centre de santé universitaire anglophone.

L'ex-PDG de SNC-Lavalin, Pierre Duhaime, l'ex-vice-président de la division construction de la firme, Riadh Ben Aïssa, sont aussi accusés dans cette affaire. MM. Duhaime et Elbaz seront de retour au tribunal le 23 mai.

Arthur Porter et Jeremy Morris, eux aussi accusés, font face à une procédure d'extradition des Bahamas. Morris gérait aux Bahamas la société Sierra Asset Management, qui aurait servi d'intermédiaire pour les tractations illégales entre les dirigeants de SNC et ceux du CUSM. Plus de 22 millions de dollars auraient été offerts en pots-de-vin par les ex-dirigeants de SNC Lavalin pour l'obtention de contrats du nouveau CUSM.

Vingt-quatre chefs d'accusation en tout sont retenus contre les cinq individus, dont des accusations de fraude, de complot pour fraude envers le gouvernement, d'abus de confiance et de recyclage des produits de la criminalité.

L'ancien directeur du Centre universitaire de Santé McGill, Arthur Porter, s'est dit choqué d'apprendre qu'il est l'objet d'un mandat d'arrestation. Dans un communiqué, il affirme que les allégations à son endroit sont sans fondement. Il dit aussi que les autorités canadiennes n'ont jamais essayé de le contacter.

M. Porter a par ailleurs affirmé ne pas vouloir se déplacer en raisons d'un cancer trop avancé.

Quant à Riadh Ben Aïssa, un ancien cadre de SNC, il est actuellement détenu en Suisse.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook