Violence contre les femmes : en baisse, mais toujours problématique

Violence conjugale Violence conjugale. (archives)

La violence envers les femmes, du moins celle qui est rapportée à la police, était en légère baisse en 2011, mais demeure problématique.

Selon les données rendues publiques par Statistique Canada, lundi, le taux de voies de fait commises à l'endroit des femmes et déclarées par la police était en baisse de 5 % entre 2009 et 2011, pour se situer à 705 victimes pour 100 000 femmes.

Les données révèlent également un recul du taux de tentatives de meurtre sur des femmes au cours de cette période de trois ans.

Malgré tout, un peu plus de 173 600 femmes de 15 ans et plus ont été victimes d'un crime violent en 2011, ce qui représentait un taux de 1207 victimes pour 100 000 femmes dans la population.

Les voies de fait simples constituaient environ la moitié des crimes violents commis contre les femmes, suivies des menaces (13 %), les voies de fait majeures (10 %), l'agression sexuelle (7 %) et le harcèlement criminel (7 %).

Les données de l'agence fédérale démontrent que les femmes étaient 11 fois plus susceptibles que les hommes d'être victimes d'une agression sexuelle.

Taux d'homicides stable

Le taux d'homicides sur des femmes semble avoir atteint un plancher. Après une baisse de 58 % entre 1970 et 2000, il est demeuré relativement stable depuis 2000.

En 2011, environ 78 000 actes de violence commis à l'endroit des femmes étaient le fait d'un partenaire intime actuel ou ancien, y compris les conjoints et les partenaires amoureux. Fait à noter: le risque d'être victime de violence de la part d'un partenaire amoureux est beaucoup plus élevé que de la part d'un conjoint. Chez les femmes, le taux de violence entre partenaires amoureux en 2011 était de 60 % supérieur au taux de violence conjugale.

Autre donnée à signaler : les plus hauts taux de victimisation se retrouvent chez les femmes de 15 à 24 ans et ces taux diminuent de façon progressive avec l'âge.

À l'échelon provincial, la Saskatchewan et le Manitoba affichaient en 2011 des taux de violence envers les femmes qui étaient environ deux fois supérieurs au taux national. L'Ontario et le Québec ont affiché les plus faibles taux d'actes de violence envers les femmes.

Ce sont toutefois les territoires qui figurent au sommet de ce palmarès peu reluisant, en premier lieu le Nunavut, avec un taux de crimes violents commis contre les femmes de près de 13 fois supérieur au taux national.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook