La commission Charbonneau

Milioto nie tout, hormis quelques bouteilles

François Messier
Radio-Canada
Le reportage de Catherine Kovacs

Au terme de quatre jours de témoignage, Nicolo Milioto aura finalement rejeté du revers de la main l'ensemble des allégations qui pesaient contre lui, hormis quelques bouteilles de vin et de menus services rendus.

L'homme décrit par plusieurs témoins devant la commission comme un intermédiaire entre le clan mafieux Rizzuto et des entrepreneurs en construction nie tout.

L'ex-propriétaire de Mivela Construction nie être lié à la mafia, avoir récolté le pizzo auprès d'entrepreneurs, fait de la collusion, des menaces, de l'extorsion ou corrompu des fonctionnaires de la Ville de Montréal. Il nie, pour l'essentiel, les allégations faites devant la commission Charbonneau par Luc Leclerc, Michel Cadotte, Michel Leclerc, Michel Lalonde et Martin Dumont, duquel il dit : « Je le jure devant Dieu, je ne le connais pas ».

L'homme, qui a affirmé avec aplomb, plus d'une fois, n'avoir jamais fait de financement politique, a tout au plus acheté quelques billets pour des cocktails d'Union Montréal, sinon pour le Parti libéral du Québec et le Parti québécois, tout en échangeant cependant pas moins de 81 coups de fil avec Bernard Trépanier, l'argentier d'Union Montréal.

Avant de libérer le témoin, la commissaire Charbonneau lui a demandé s'il avait rencontré Giuseppe Borsellino ou Paolo Catania ou discuté avec l'un d'entre eux en vue de préparer son témoignage. Pour une dernière fois, le témoin a nié ces allégations. « Je le jure », a-t-il dit.

La commissaire avait posé exactement la même question à Giuseppe Borsellino au terme de son témoignage, lundi. Ce dernier avait dit avoir croisé Paolo Catania au restaurant, une semaine ou deux avant le début de son témoignage. Il a dit ne pas avoir parlé à Nicolo Milioto depuis très longtemps.

Notre blogue en direct

Milioto nie avoir corrompu des fonctionnaires montréalais avec de l'argent

Interrogé jeudi sur des pots-de-vin qu'il aurait pu donner à des fonctionnaires de la Ville de Montréal en échange de faveurs, M. Milioto a affirmé, comme il l'aura fait à plusieurs reprises, n'avoir « jamais donné d'enveloppe [d'argent] à personne ».

La procureure Sonia Lebel le questionnait alors sur ses relations avec Luc Leclerc, un ingénieur de la Ville qui a supervisé la surveillance de 17 de ses chantiers et admis avoir reçu de lui des pots-de-vin, mais aussi sur ses contacts avec son supérieur, Gilles Vézina, ainsi qu'avec le grand patron des travaux publics à la Ville, Robert Marcil.

Nicolo Milioto a confirmé avoir offert divers avantages, à ses yeux mineurs, à M. Leclerc, comme des bouteilles de vin, des repas et des billets pour le tournoi de golf de l'Association Cattolica Eraclea. Il a aussi admis lui avoir donné un coup de pouce pour couler du béton à son domicile.

M. Milioto a cependant défendu ces façons de faire. Faire gracieusement des travaux chez Luc Leclerc n'était rien d'autre qu'un « petit plaisir, une petite faveur », soutenant qu'il est « exagéré » de dire que ces avantages pouvaient « acheter » quelqu'un.

L'homme d'affaires a aussi dit qu'il pouvait inviter Luc Leclerc ou d'autres ingénieurs ayant les mêmes fonctions à manger au restaurant pour régler des affaires courantes.

Il a convenu que Luc Leclerc et lui pouvaient s'entendre pour couper la poire en deux lorsqu'un différend sur du mesurage au chantier survenait, et ce, sans que le surveillant de chantier soit impliqué.

L'ingénieur Luc Leclerc et Nicolo Milioto

Milioto et la conciliation travail-famille

La procureure Lebel a montré, preuves à l'appui, que Luc Leclerc a appelé Nicolo Milioto à 109 reprises entre mai 2004 et septembre 2009. Elle s'est dite étonnée de la fréquence de ces appels, puisque Milioto avait dit plus tôt en matinée qu'il ne parlait aux ingénieurs de la Ville qu'en cas de « problèmes graves », ce qui n'arrivait pas souvent.

« L'ingénieur peut m'appeler pour mille et une raisons, a-t-il plaidé. C'est normal qu'un ingénieur parle à un entrepreneur ». Il s'est plaint que la procureure Lebel « extrapolait des choses » à partir des appels téléphoniques, et que cela était « inacceptable ».

Nicolo Milioto a confirmé qu'il avait déjà offert des bouteilles de vin à Gilles Vézina et à Robert Marcil et qu'il les avait invités au restaurant.

« On a besoin de relations avec tout le monde quand on travaille quelque part. » — Nicolo Milioto

L'homme d'affaires dit qu'il pouvait appeler Gilles Vézina pour lui demander, par exemple, d'accélérer le traitement d'un contrat à la Ville.

Quant à Robert Marcil, M. Milioto soutient qu'il pouvait lui donner un coup de main pour accélérer les paiements de la Ville. Il dit l'avoir déjà invité au restaurant pour discuter de cela, mais a nié qu'il mangeait souvent avec lui, comme l'a dit l'entrepreneur Michel Leclerc. Le propriétaire de Terramex est un « gros menteur », a-t-il lancé.

La procureure Lebel a par ailleurs révélé que MM. Vézina et Marcil avaient tous deux été invités au mariage d'Elena Milioto, l'une des cinq filles du témoin. Le témoin, qui venait de décrire les deux hommes comme des « relations d'affaires », n'a pu donner d'explication claire à ce sujet.

La procureure Lebel a aussi affirmé que sa fille Katerina Milioto, ex-employée à la Ville, avait admis aux enquêteurs de la commission, le 12 octobre dernier, qu'il lui arrivait d'appeler son père « en cachette » lorsqu'elle entendait qu'il y avait un problème sur un de ses chantiers. Milioto a dit qu'il ne souvenait pas d'avoir reçu un tel appel.

Interrogé sur la possibilité que Robert Marcil soit celui qui a fait l'entrevue d'embauche de Katerina Milioto, le témoin a dit ne pas savoir. M. Marcil et Mme Milioto travaillent tous deux pour la firme de génie SM depuis leur départ de la Ville.

Nicolo Milioto a aussi confirmé qu'il a mangé au club privé 357c en compagnie de Gilles Vézina et Paolo Catania. Les trois hommes étaient accompagnés de leurs épouses. « Je ne pense pas que c'est un crime de manger trois personnes ensemble, avec les femmes », a-t-il commenté, après avoir dit que c'est Paolo Catania qui avait fait les invitations, lui-même n'étant pas membre du club. Gilles Vézina a plutôt dit qu'il avait été invité par Nicolo Milioto.

Nicolo Milioto a aussi révélé qu'il s'était constitué une liste comprenant les numéros de téléphone des surveillants de chantier ou des ingénieurs chargés de projets avec lesquels il a fait affaire à la Ville de Montréal. La commission lui a ordonné de la produire, avec l'ensemble du livre dans lequel ces informations sont consignées.

Le témoin a quelque peu vacillé à ce sujet. Il a d'abord dit que la liste était officielle, avant de dire qu'il l'avait constituée. Il a aussi dit, dans un premier temps, qu'elle contenait les noms de tous les gens en fonction, même ceux qui n'avaient pas travaillé sur ses projets, avant de se rétracter, en prétextant s'être « mal exprimé ».

Lorsqu'on l'a sommé de produire la liste, il a pris soin de noter qu'elle était en italien et qu'il y avait « beaucoup de choses effacées ». « J'aimerais que vous n'effaciez rien du tout », a rétorqué la commissaire Charbonneau. « Je vous l'ordonne ».

Nicolo Milioto, ex-propriétaire de Mivela Construction, et Bernard Trépanier, ancien argentier d'Union Montréal, le parti du maire Tremblay

Milioto nie les allégations de financement politique

La procureure Lebel a aussi interrogé le témoin sur ses activités de financement politique, et plus particulièrement sur ses liens avec Bernard Trépanier. Le témoin a confirmé qu'il connaissait celui qui a été l'argentier d'Union Montréal.

M. Trépanier, a-t-il dit, l'appelait seulement pour lui vendre des billets pour des activités de financement politique d'Union Montréal. Il dit qu'il avait l'habitude d'assister à quelques événements du genre par année, sans plus.

La procureure Lebel lui a alors présenté un registre téléphonique démontrant que Bernard Trépanier l'a appelé 81 fois entre juin 2005 et août 2009. La procureure Lebel et les commissaires Lachance et Charbonneau s'en sont étonnés.

Le témoin a néanmoins maintenu sa version des faits. Il a supposé que Trépanier était peut-être malchanceux et aboutissait dans sa boîte vocale. Il a démenti que les appels étaient courts parce qu'il craignait d'être l'objet d'une écoute électronique.

Nicolo Milioto a également démenti toutes les allégations faites à son endroit par Martin Dumont, qu'il a décrit comme un « menteur professionnel ». L'entrepreneur affirme qu'il n'avait jamais vu « sa face » avant son témoignage à la commission. Il a d'ailleurs reconnu que le témoignage de l'ex-organisateur politique d'Union Montréal l'avait « enragé ».

« M. Dumont, je le jure devant Dieu, je ne le connais pas. » — Nicolo Milioto

Il a par conséquent nié lui avoir remis une enveloppe contenant 10 000 $ en argent comptant lors d'une activité de financement organisée en novembre 2004 ou l'avoir menacé de mort en juin 2007. « Faudrait pas que tu te retrouves dans mes fondations de trottoirs », aurait alors dit M. Milioto, selon M. Dumont.

M. Milioto a par ailleurs nié avoir versé 25 000 $ à Vision Montréal en prévision des élections de 2009, à la demande de l'organisateur Michel Petit, comme l'a soutenu Michel Lalonde dans son témoignage.

Nicolo Milioto a aussi nié avoir réclamé une « cote » à des entrepreneurs pour faire du financement politique, comme l'ont soutenu les entrepreneurs Michel Leclerc et Lino Zambito.

M. Zambito avait affirmé que les membres du cartel des égouts devaient verser à M. Milioto un pot-de-vin de 3 %, destiné au parti du maire Tremblay, à compter de 2005-2006. Pour sa part, L'entrepreneur Michel Leclerc, qui faisait de la sous-traitance pour les collusionnaires, avait aussi dit avoir versé 3 % de la valeur des contrats obtenus à Nicolo Milioto « pour la politique ».

« Avez-vous déjà chargé une cote à un entrepreneur pour le politique? Personne. Vous n'avez jamais collecté des « cotes » à personne? Pour aucune raison. » — M. Milioto répond aux questions de Me Lebel

M. Milioto a aussi démenti avoir fait de la collusion dans l'aménagement des parcs, comme l'a aussi soutenu Michel Leclerc. Ce dernier avait expliqué en novembre qu'un système avait été mis en place pour les contrats dans ce domaine au milieu des années 2000 et que cela avait fonctionné pendant deux ou trois ans.

Michel Cadotte d'IPEX

Les allégations de Michel Cadotte démenties

Nicolo Milioto a aussi été interrogé sur les allégations lancées à son endroit par le représentant du fournisseur de tuyaux Ipex, Michel Cadotte. Ce dernier avait raconté que M. Milioto lui avait demandé un pot-de-vin 150 000 $ à l'automne 2006 pour récompenser trois employés de la Ville. Ipex avait refusé.

Nicolo Milioto a reconnu avoir rencontré Michel Cadotte à deux reprises au printemps ou à l'été 2006, mais seulement parce qu'il songeait à faire des travaux d'aqueducs et qu'il voulait s'informer du prix des tuyaux d'Ipex. Or, il aurait abandonné son projet peu après l'avoir rencontré pour obtenir des prix, affirme-t-il.

Le PDG de Génius Michel Lalonde avait aussi soutenu que Nicolo Milioto avait été complice dans un stratagème de faux extras, mais cet aspect n'a pas été abordé par la commission. Mivela, avait dit M. Lalonde, pouvait verser 25 % des faux extras que Génius lui avait consentis sur certains contrats. L'argent servait à faire du financement politique.

Montants des contrats octroyés à Mivela par la Ville de Montréal (2002-2011)

Différence de vues sur le chiffre d'affaires de Mivela

La procureure Lebel a aussi profité de la matinée pour présenter des tableaux recensant les différents contrats obtenus par Mivela Construction entre 2002 et 2011, tant à la ville centre que dans les arrondissements. Le tableau, constitué à partir de données fournies par la Ville, montre que Mivela a raflé des contrats totalisant 94 millions de dollars.

La procureure Lebel a souligné que la valeur des contrats obtenus par Mivela avait commencé à augmenter à compter de 2006 et que cela coïncidait avec une augmentation significative des contrats que lui a accordés la ville-centre. Le témoin n'a pu expliquer pourquoi, se contentant de dire qu'il a « fait sa chance ».

Nicolo Milioto a cependant contesté ces chiffres.« Je ne suis jamais arrivé à 22 millions, je peux vous le confirmer », a-t-il dit.« De mémoire, j'ai jamais fait plus que 11 millions en chiffre d'affaires ».

L'entrepreneur a justifié cet écart en disant qu'il lui était arrivé de décrocher des contrats qu'il a finalement donnés en sous-traitance, une situation qui ne se répercute pas dans les données de la Ville. Il s'est du coup engagé à fournir ses livres de comptabilité à la commission.

La procureure Lebel lui a demandé s'il n'avait pas décidé de rafler des contrats pour mieux décider de leur répartition par la suite. Nicolo Milioto a nié une fois de plus.

Les trottoirs à Montréal, une affaire toute sicilienne

Mercredi, Nicolo Milioto a formellement démenti avoir formé un cartel des trottoirs avec les entreprises BP Asphalte, Pavages CSF, ATG et TGA pour faire main basse sur les contrats de trottoirs octroyés par la Ville de Montréal entre 1996 et 2011. Il a nié l'existence d'une entente pour se partager les contrats et fermer le marché, avec l'appui de la mafia.

Des tableaux de données compilées par la commission Charbonneau à partir d'informations fournies par la Ville de Montréal montrent que les cinq entreprises ont bel et bien raflé la grande majorité des appels d'offres publics lancés par la métropole au cours de cette période.

La procureure en chef, Me Sonia Lebel, a noté que les propriétaires de ces entreprises sont tous directement ou indirectement originaires de Cattolica Eraclea - le village natal de Nicolo Rizzuto père - et qu'ils fréquentaient tous le café Consenza, le repaire du clan Rizzuto.

Nicolo Milioto n'y voit cependant rien qui explique leur succès en affaires.

Des rapports d'intérêt pour la commission

Un analyste-enquêteur de la commission, Guy Desrosiers, a été appelé à la barre des témoins au terme du témoignage de Nicolo Milioto. Il vient présenter les conclusions de différents rapports concernant la Ville de Montréal. La procureure Claudine Roy a expliqué que sa présentation allait permettre de mettre la table pour le témoignage de « décideurs de la Ville » qui viendront témoigner ultérieurement.

Jusqu'ici, M. Desrosiers a rapidement passé en revue :

  • l'analyse du programme de réfection routière effectué par le vérificateur général de la Ville en 1997 et le suivi des recommandations effectué quatre ans plus tard;
  • le rapport d'un groupe de travail externe sur la gestion des risques dans les contrats de construction, effectué par quatre ingénieurs de l'externe, en 2004.

Le rapport de 1997 montre que le vérificateur général avait identifié des problèmes avec le système Gespro, utilisé pour évaluer les coûts des projets, ainsi qu'avec le processus d'appel d'offres, la gestion des enveloppes de contingences pour les imprévus au chantier et la surveillance des chantiers.

Le service des travaux publics s'était engagé à mettre en œuvre toutes les recommandations, mais la vérification effectuée quatre ans plus tard a plutôt montré qu'aucun progrès n'avait été réalisé.

Le rapport des ingénieurs a quant à lui confirmé que Montréal payait plus cher que les autres villes du Québec pour des travaux routiers comparables. Les auteurs concluaient que le marché public à Montréal « n'était pas très ouvert », voire « très fermé ».

Le rapport concluait que les appels d'offres étaient lancés plus tard que dans les autres villes, ce qui contribuait à faire bondir le coût des travaux. Les projets du programme de réfection routière, concluait-il, commencent souvent en août ou en septembre, alors que la période de prédilection pour faire des ouvrages s'étend de mai à octobre.

L'analyse d'André Cédilot sur Milioto et la mafia

« Le tableau [ci-dessous] d'hier, c'est le point fort de la journée : c'est aussi important ce tableau-là que les vidéos [du Consenza] pour nous faire les liens avec la mafia. C'est clair maintenant, selon moi, qu'il y a un système de collusion et que ce système est relié à la mafia », a soutenu, sur les ondes de RDI, le journaliste spécialisé en crime organisé, André Cédilot.

« Que M. Milioto a des liens avec la mafia, ça c'est sûr, qu'il est un mafieux lui-même, ça, c'est moins sûr, mais chose certaine, dans la façon dont fonctionne la mafia, il fait partie des associés ».

Liste des appels d'offres, secteur des trottoirs, 1996-2011 :

En complément