La commission Charbonneau

« C'est quoi la mafia M. Milioto? ''Je ne sais pas'' »

François Messier
Radio-Canada
Le reportage d'Isabelle Richer

L'ex-entrepreneur en construction Nicolo Milioto, soupçonné d'être un intermédiaire entre des entrepreneurs en construction et le clan mafieux Rizzuto, a passé l'essentiel de sa deuxième journée à la barre des témoins à nier les allégations de la procureure en chef Sonia Lebel, qui tente de lui faire admettre son rôle au sein de l'organisation.

L'ex-président de Mivela, une entreprise spécialisée dans la construction de trottoirs, n'a cependant pas bronché, malgré les avertissements que lui a servis la commissaire Charbonneau et malgré la présentation de multiples bandes vidéos filmées lors de l'opération Colisée qui le mettent en vedette.

L'homme d'affaires, qui évoque souvent des problèmes de mémoire pour esquiver les questions de la procureure Lebel, a cependant affirmé sans détour qu'il n'était pas membre du crime organisé et qu'il n'était pas l'intermédiaire entre les entrepreneurs et la mafia, ce que d'autres témoins ont soutenu devant la commission.

« C'est quoi la mafia M. Milioto? », lui avait rapidement demandé la procureure en chef en début de journée « Je ne sais pas », a répondu celui qui fréquentait pourtant Nicolo Rizzuto père au café Consenza.

Nicolo Milioto a soutenu que tout ce qu'il connaît de la mafia lui vient des journaux, sans plus. Quant au « pizzo », il dit en avoir vaguement entendu parler à la campagne, en Italie.

Relisez notre blogue en direct

Nicolo Milioto a ajouté ne rien savoir des activités criminelles alléguées de Rizzuto père, pas plus que de celles des lieutenants de son clan - Paolo Renda, Rocco Sollecito, Frank Arcadi, Francesco Del Balso et Lorenzo Giordano. Il dit avoir croisé certains d'entre eux au café Consenza, mais a dit ne pas savoir ce qu'ils faisaient dans la vie.

La procureure Lebel a demandé à M. Milioto s'il n'aurait pas mieux fait d'éviter le café Consenza, sachant ce que les journaux rapportaient, au sujet par exemple de la condamnation pour meurtre de Vito Rizzuto aux États-Unis. Le témoin a cependant dit ne pas voir le problème.

« Ce que les autres personnes font, ce n'est pas mes affaires [...] pour moi, le monde est tout pareil. Moi, le monde c'est fait de respect : vous me respectez, je vous respecte; vous me maltraitez, je peux vous maltraiter de la même façon. » — Nicolo Milioto

La procureure Lebel a également interrogé le témoin sur d'autres entrepreneurs spécialisés dans les trottoirs à Montréal, soit Joe Borsellino de BP Asphalte, Alex Sciascia, d'ATG, Domenico Cammalleri de Pavages CSF, Joey Piazza de TGA, Franco Cappelo d'Excavations Super, et Michel Leclerc de Terramex.

Les entrepreneurs dans ce secteur sont fortement soupçonnés de s'être adonnés à la collusion pour se répartir des contrats publics de la Ville de Montréal. Michel Leclerc a lu-même admis sa participation dans la stratagème.

Là encore, le témoin n'a rien révélé de significatif. Il a dit connaître ces entrepreneurs, et a souligné qu'il empruntait parfois de l'équipement à certains d'entre eux. Il a nié avoir d'autres liens d'affaires avec eux.

Lino Zambito termine aujourd'hui son témoignage

La commissaire Charbonneau se fâche

La procureure Lebel l'a ensuite longuement interrogé sur l'échange d'argent qui s'est produit entre le témoin et Lino Zambito d'Infrabec au café Consenza le 24 décembre 2005. Nicolo Milioto a répété qu'il n'avait fait que rendre service à Lino Zambito et qu'il avait remis l'argent à Rocco Sollecito, en lui précisant que l'argent était destiné à Nicolo Rizzuto père.

L'homme d'affaires a dit qu'il faisait confiance à M. Sollecito, parce qu'il est Italien, et qu'il était toujours au Consenza. La procureure Lebel a alors demandé au témoin le nom de deux autres personnes présentes ce jour-là à qui il aurait pu faire confiance de la même manière.

Le témoin a initialement refusé de répondre à la question, ce qui a fait sortir la commissaire Charbonneau de ses gonds. « Vous n'avez pas à décider de la pertinence des questions », lui a-t-elle lancé. « Nous allons suspendre maintenant, et je vais dire à votre avocat de vous expliquer ce qu'est un outrage au tribunal, et ce qu'est une accusation de parjure. Après la pause, vous devrez répondre aux questions! »

Nicolo Milioto a finalement dit qu'il n'aurait fait confiance à « personne d'autre » que Rocco Sollecito. 

La commissaire Charbonneau a ajouté quelques heures plus tard que « des propos vagues et imprécis peuvent parfois être de nature d'un outrage au tribunal ». Le témoin s'est borné à répondre qu'il faisait « son possible ».

Nicolo Rizzuto en 2008 Nicolo Rizzuto en 2008  Photo :  PC/GRAHAM HIGHES

Milioto interrogé sur des vidéos filmées au Consenza

Après la pause, le jeu du chat et de la souris a néanmoins repris, alors que la procureure Lebel a présenté plusieurs vidéos filmées au Consenza lors de l'opération Colisée entre 2004 et 2006. Plusieurs de ces vidéos avaient déjà été présentées par l'enquêteur de la commission Eric Vecchio en septembre dernier.

Sommé de s'expliquer sur de l'argent qu'on le voit donner à Rocco Sollecito, le témoin a repris son explication de la veille : il s'agissait soit d'argent provenant de la vente de billets pour des événements organisés par l'Association Cattolica Eraclea, soit d'argent que Lino Zambito lui avait demandé de remettre à Nicolo Rizzuto père.

Le témoin a ensuite été confronté à des vidéos dans lesquelles on le voit remettre de l'argent à Rocco Sollecito, même en présence du défunt patriarche du clan mafieux. Interrogé à ce sujet, il a argué dans un cas que Rizzuto père était au téléphone; dans un autre, il a plaidé que Sollecito était tout simplement plus proche de lui.

Le témoin n'a pas bronché lorsque la procureure a suggéré qu'il agissait de la sorte pour une question de hiérarchie au sein de l'organisation.

Une des vidéos montre en outre que Rocco Sollecito fait des piles d'argent. La procureure lui a demandé à quoi cela pouvait bien rimer. Le témoin a alors suggéré que d'autres personnes avaient peut-être avancé de l'argent à Lino Zambito. « Ça se fait entre Italiens [...]. On avance dans la vie comme ça », a-t-il plaidé.

La procureure Lebel a présenté une autre vidéo dans laquelle on voit Milioto, Sollecito et Rizzuto père compter de l'argent. Les hommes font sept piles; Nicolo Miloto en prend cinq et les glisse dans ses chaussettes.

Le témoin a dit ne pas savoir pourquoi il avait agi de la sorte. Il a avancé que Nicolo Rizzuto lui avait possiblement prêté de l'argent, peut-être pour le mariage ou les fiançailles d'une de ses filles, ou pour une maison qu'il s'était fait construire à Laval peu auparavant.

Nicolo Milioto avait déjà évoqué avoir emprunté quelques milliers de dollars à Nicolo Rizzuto pour le mariage d'une de ses filles.

Lorsque la procureure lui a demandé pourquoi il emprunterait de l'argent au parrain de la mafia plutôt qu'à la banque, Nicolo Milioto a répondu que cela pouvait se faire pour des prêts « sans intérêts » à court terme.

La procureure y est alors allée d'une tirade bien sentie, qui résumait bien le témoignage livré jusqu'ici par le témoin.

« Vous ne parlez pas d'affaires avec M. Rizzuto, vous ne savez pas ce qu'il fait dans la vie, vous ne savez pas comment il se procure son argent, vous ne savez pas pourquoi M. Zambito lui en donne, pourquoi il lui en devrait, vous ne savez pas qui est M. Sollecito, vous ne savez pas sa relation avec M. Rizzuto, vous ne savez pas c'est quoi la mafia, le pizzo c'est une légende urbaine pour vous, vous avez la capacité d'emprunter à la banque, vous ne parlez de rien quand vous jouez aux cartes mais vous êtes capable de lui faire suffisamment confiance pour lui emprunter 25 000 $ alors que vous êtes président d'une compagnie qui fait 5 millions de chiffre d'affaires, et cela pour sauver quelques dollars d'intérêt : c'est ce que je dois comprendre ? »

« C'est plus facile », a répondu Nicolo Milioto, qui ne se laisse pas facilement démonter. « L'argent est là. Tu le demandes. Peux-tu me prêter 20, 25 000 $ pour trois mois? [...] C'est comme rendre service », a-t-il dit, en avançant que cela pouvait aussi être un retour d'ascenseur pour services rendus.

« Il vous prête 20 000 $, 25 000 $ parce que vous allez chercher du pain? », a alors répliqué la commissaire Charbonneau. Le témoin a répondu qu'il avait rendu beaucoup de service à Nicolo Rizzuto père, par exemple en allant chercher ce que lui devait Lino Zambito ou en allant à la pharmacie. « Ça se peut qu'il me rende des services aussi, pour deux mois, trois mois. Entre Italiens, on prête beaucoup ».

Il a finalement lâché : « L'argent était à lui, probablement que je lui ai demandé, et il me l'a prêté. »

Alex Sciascia remettait aussi de l'argent à Milioto

En après-midi, la procureure Lebel a présenté de nouvelles vidéos filmées au Consenza, mais qui n'avaient pas déjà été présentées à la commission. Dans l'une d'elle, filmée le 18 avril 2006, on voit l'entrepreneur Alex Sciascia remettre une pile d'argent à Nicolo Milioto.

Ce dernier, qui venait de dire n'avoir jamais emprunté de l'argent à quiconque autre que Nicolo Rizzuto, a une fois de plus présumé que cela devait être lié aux activités de l'Association Cattolica Eraclea, mais sans en avoir le moindre souvenir. Alex Sciascia présidait cette association à l'époque.

La procureure Lebel a noté que Nicolo Milioto avait alors mis l'argent dans ses poches, plutôt que dans ses bas. Le témoin n'a pu expliquer pourquoi il en était ainsi. Il a suggéré qu'il pouvait avoir fait cela « inconsciemment ».

D'autres vidéos ont montré que de l'argent amené par Nicolo Milioto au Consenza se retrouvait non seulement dans les mains de Nicolo Rizzuto père, mais aussi dans celles de Rocco Sollecito ou Paolo Renda. Nicolo Milioto a réitéré qu'ils avaient peut-être prêté de l'argent à Lino Zambito eux aussi. 

La journée s'est néanmoins conclue par un acte de contrition, lorsque l'entrepreneur a affirmé que, fort de ce qu'il savait aujourd'hui, il refuserait de jouer à nouveau au facteur pour Lino Zambito et Nicolo Rizzuto père. « Je comprends que je ne faisais pas une bonne chose [...] j'ai manqué de jugement », a-t-il admis. Aujourd'hui « je ne ferais même pas ça pour mon frère », a-t-il cru bon d'ajouter.

Il a cependant maintenu qu'il n'était pas au courant que l'argent pouvait être une ristourne de 2,5  % destinée à la mafia. « Entre un intermédiaire et un gars qui fait une commission, il y a une différence », a-t-il dit, en réitérant qu'il croyait rendre service à Lino zambito et Nicolo Rizzuto père.

Milioto : une vie honorable

Lundi, lors de sa première journée à la barre des témoins, l'ex-président de Mivela Construction avait donné le ton à son interrogatoire : il a gagné sa vie honorablement et n'a rien à se reprocher, pas plus en ce qui concerne le fonctionnement de son entreprise que pour ses liens avec la famille Rizzuto. Il a soutenu n'être allé au Consenza que pour jouer aux cartes, boire du café et saluer des connaissances, dont le défunt patriarche du clan Nicolo Rizzuto père.

Lire aussi : Milioto, un nom souvent cité à la commission

Nicolo Milioto dit avoir quitté Mivela en janvier 2012 par souci pour sa santé. Il soutient ne plus se mêler des affaires de Mivela depuis, même si son ex-associé, sa fille et ses gendres la dirigent. Il a d'ailleurs précisé qu'il n'avait plus aucun actif à son nom. Sa maison et son immeuble à logements avaient déjà été transférés à sa femme après la création de Mivela, afin qu'ils ne soient pas saisis en cas de faillite.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook