Nouvelle entente sur l'équité salariale pour des milliers de travailleurs

Infirmière au travail Infirmière au travail

Des milliers de travailleuses du secteur public, mais aussi des travailleurs occupant des postes à prédominance féminine, bénéficieront d'un redressement salarial grâce à une autre entente sur l'équité salariale qui vient d'être entérinée par différentes organisations syndicales.

Une première entente générale sur l'équité salariale était intervenue au milieu des années 2000, apportant de premiers ajustements salariaux rétroactifs au 21 novembre 2001 pour les travailleuses des secteurs public et parapublic concernées.

Malgré cette entente générale, les organisations syndicales qui estimaient que la pleine équité salariale n'avait pas été alors atteinte pouvaient porter plainte à la Commission de l'équité salariale pour certains titres d'emploi. C'est ce qui fait l'objet de l'entente qui vient d'intervenir avec le Conseil du trésor.

Grâce à cette nouvelle entente, les préposés aux bénéficiaires, par exemple, verront leur salaire augmenter de 3,71 % rétroactivement au 31 janvier 2011.

Les secrétaires médicales toucheront un redressement de 3 % rétroactivement au 31 décembre 2011.

Les infirmières premières assistantes en chirurgie toucheront un ajustement de 7,14 % rétroactivement au 30 juin 2008. Les archivistes médicales obtiendront un redressement de 4,84 % rétroactivement au 30 juin 2008.

Les psychologues qui travaillent dans le réseau de la santé et des services sociaux bénéficieront d'un redressement de 4,02 % rétroactivement au 31 décembre 2007, en plus d'une augmentation de 4,92 % rétroactive au 1er janvier 2011.

L'équité salariale, une bataille permanente pour la CSN

En entrevue, la vice-présidente de la CSN, Francine Lévesque, a dit croire que le combat pour l'équité salariale ne sera jamais vraiment terminé. « Pour moi, la bataille de l'équité salariale, elle est permanente parce que les changements sont permanents. »

Les exigences pour un emploi donné peuvent en effet être rehaussées au fil des ans, par exemple, ce qui fait que l'évaluation d'un titre d'emploi peut elle aussi changer.

La loi stipule d'ailleurs que le maintien de l'équité salariale doit désormais être évalué tous les cinq ans.

Mme Lévesque rappelle que ces ajustements salariaux ne bénéficient pas seulement aux femmes, mais aussi aux hommes qui occupent ces emplois à prédominance féminine.

L'entente a été signée jeudi par le Conseil du trésor et différentes organisations syndicales.

Les redressements salariaux bénéficient à tous ceux et celles qui occupent un titre d'emploi donné, peu importe si c'est leur syndicat qui avait déposé la plainte.

À la FTQ, le secrétaire général Daniel Boyer « ne peut que se féliciter des ajustements à la hausse pour des milliers de travailleuses et de travailleurs », a-t-il fait savoir par voie de communiqué.

La Presse Canadienne